top of page

 

Les Juifs Modernes

08.jpg

 

Le 14 mai 1948, jour de l'expiration du mandat britannique sur la Palestine, le Conseil sioniste se réunit au musée de Tel-Aviv et David Ben-Gourion, chef de l'Agence juive, proclama la création de l'État d'Israël redéfinissant ainsi ce qu'est un Juif.. Le nouvel État fut reconnu le soir même par les États-Unis et trois jours plus tard par l'URSS. Cette proclamation, rendue possible par le mouvement sioniste, favorisa une immigration massive vers l'État d'Israël. Des personnes originaires d'Allemagne et de Russie méridionale, descendants d'Aschkénaz, petit-fils de Japhet, ainsi que des séfarades d'Espagne descendants de Madai, petit-fils de Japhet, migrèrent dans le nouvel État.

Aschkénaz et les Juifs Aschkénazim

Ashkénaze est un patriarche biblique d'ascendance japhétique, évoqué dans la Table des nations (Genèse 10). Il est le fils aîné de Gomer, petit-fils de Japhet et arrière-petit-fils de Noé. Ses frères sont Riphath et Togarma.

  • Dans la littérature rabbinique médiévale, le nom Ashkénaze est utilisé pour désigner l'Allemagne. 

  • Dans la Bible hébraïque, Ashkénaze correspond à un peuple établi au sud de la Russie, entre la mer Noire et la mer Caspienne, à proximité de l'Arménie et du cours supérieur de l'Euphrate.


Ainsi, à l'origine, en hébreu, un ashkénaze était un habitant d'Allemagne, mais au fur et à mesure que ces peuples ont migré de l'Allemagne vers l'est, le nord, et les terres slaves, ils emportèrent avec eux "la langue d'Ashkénaze" ou le yiddish d'Europe de l'Est. Le terme "Ashkénaze" en est venu à désigner tout descendant ashkénazes parlant yiddish, une division qui s'est formée dans l'Empire romain germanique vers la fin du 1er millénaire.

 

Madai et les Juifs Séfarades

Le nom "Séfarade" vient du mot hébreu "Sefarad" ou du mot persan Saparda, qui désigne l'Espagne. Sefarad était situé en Médie, où se trouve l'actuel Iran. et les Mèdes du nord-ouest de l'Iran étaient des Madaïtes, descendants de Madaï fils de Japhet, oncle d'Ashkénaze.

 

Les Sépharades sont des espagnols qui furent contraints de se convertir au catholicisme sous peine d'être expulsés d'Espagne après 1492. Dans ce grand mouvement diasporique, un bon nombre d'espagnols quittèrent l'Espagne et s'installèrent dans différentes régions d'Europe et du Moyen-Orient. Beaucoup se sont installés dans l'Empire Ottoman après avoir été accueillis par le sultan Ottoman. Ils parlent une langue connue sous le nom de judéo-espagnol, ou ladino, qui est dérivée du vieil espagnol et d'autres langues romanes avec de fortes influences de l'hébreu et de l'araméen, ainsi que des langues de l'Empire ottoman.​

Leur Croyance

Dans Jérémie 51:27, Ashkénaz et Médie sont des nations qui ont été appelé à détruire Babylone. Notez que dans l'antiquité Baylone était une forteresse située en Egypte. La nouvelle Babylonie était une ville antique située dans le sud de la Mésopotamie, dans ce qui constitue aujourd'hui l'Irak.

  • Jérémie 51:27-29 "Élevez l’étendard sur la terre; sonnez de la trompette parmi les nations; préparez les nations contre elle! Appelez contre elle les royaumes d’Ararat, de Minni et d’Ashkénaz! Établissez contre elle des capitaines! Faites monter les chevaux comme des sauterelles effrayantes! Préparez contre elle des nations, les rois de Médie, ses gouverneurs, et tous ses magistrats, et tout le pays de sa domination! La terre s’ébranle, et elle est en travail; car les desseins de l’Éternel contre Babylone s’exécutent, pour faire du pays de Babylone un désert sans habitants."

 

Bien que leurs coutumes traditionnelles sont nuancées, le grand rabbinat d'Israël compte à la fois un grand rabbin Ashkénaze et un grand rabbin Sépharade.

Notez que le Judaïsme et le Christianisme sont deux religions complètement différentes. Brièvement, Le judaïsme est une religion monothéiste et ethnique qui constitue la tradition religieuse, culturelle et juridique collective et ainsi que la civilisation du peuple Juif moderne. Tout comme le Christianisme, le Judaisme enseigne qu'il n'y a qu'un seul Dieu qui a établi une alliance avec son peuple. Il communique avec les croyants par l'intermédiaire des prophètes et récompense  les bonnes actions tout en punissant le mal.

 

Les adeptes pratiquent leur culte dans des lieux appelés synagogues, et leurs chefs spirituels sont appelés rabbins. Leur texte sacré est appelé Tanakh ou "Bible hébraïque", et comprend les mêmes livres que l'Ancien Testament de la Bible chrétienne, mais ils sont placés dans un ordre légèrement différent. Les cinq premiers livres constituent La Torah. Le terme "Torah" est utilisé au sens général pour inclure à la fois la loi écrite et orale du judaïsme rabbinique (le Mishna, le Talmud, le Midrash etc).

  • Le Talmud est le livre de la loi juive et la plupart des pratiques juives actuelles sont fondées sur les discussions talmudiques de la loi et de la coutume juives. Avant la modernisation, dans pratiquement toutes les communautés juives, le Talmud était la pièce maîtresse de la vie culturelle juive et constituait le fondement de "toute la pensée et de toutes les aspirations juives", servant également de "guide pour la vie quotidienne" des juifs. 

 

Les juifs Ashkénazes et Séfarades ne sont pas des chrétiens car Jésus-Christ n'est pas du tout important pour le judaïsme. Il n'est pas considéré comme divin (le fils de Dieu), pas le Messie, pas un prophète, pas un rabbin, pas même un enseignant. Il n'est ni étudié, ni mentionné de quelque manière que ce soit dans les sources juives. Le nom même de "Jésus" était pour les Juifs un symbole de tout ce qui est abominable et cette tradition populaire persiste encore. Seuls les récits talmudiques se moquent du fait qu'il soit né d'une vierge, contestent avec ferveur sa déclaration à être le Messie et le Fils de Dieu, et soutiennent qu'il a été exécuté à juste titre comme blasphémateur et idolâtre.

 

Jésus est appelé par différents noms dans de nombreux passages du Talmud: 

  • Notsri qui signifie le Nazaréen et les Chrétiens sont eux aussi appelés Notsrim; 

  • Otho Isch qui signifie "Cet homme";

  • Naggar bar naggar qui signifie le charpentier fils de charpentier; 

  • Ben charsch etaim qui signifie fils de charpentier;

  • Talui qui signifie Celui qui a été pendu;

  • Jeschu qui est la forme hébraïque du nom Jésus est composé des initiales des trois mots: yimakh shemo v'zikhro. C'est un acronyme de malédiction qui signifie "Que son nom et sa mémoire soient effacés".

Voici ce que disent certains passages du Talmud non censuré concernant Jésus-Christ et la Vierge Marie

  • Kallah 1b - enseigne que Jésus Christ était un enfant illégitime, conçu durant les menstruations (de Marie) lorsqu'un esprit malin vint et coucha avec elle." 

  • Chagigah 4b - enseigne que la mère de Jésus, "Miriam la coiffeuse", a eu des relations sexuelles avec de nombreux hommes.

  • Sanhedrin 43a - enseigne que Jesus et ses disciples pratiquaient la sorcellerie et la magie noire, entraînaient les Juifs dans l'idolâtrie et étaient parrainés par des puissances étrangères gentiles dans le but de renverser le culte juif. Que Jésus doit être lapidé à mort, que c'était un séducteur et tu ne devrais avoir pour lui ni pitié ni tolérance.

  • Sanhedrin 67a - enseigne que Jesus-Christ est le fils de la Vierge Marie qui était une Stada, c’est à-dire "prostituée" et elle était infidèle à son mari.

  • Sanhedrin 106a - enseigne que la mère de Jésus était une putain: "Elle qui était la descendante de princes et de gouverneurs et s'est prostituée avec des charpentiers", et que Jésus (Balaam) était un homme mauvais. Un autre passage enseigne que Jésus est en enfer pour l'éternité plongé dans des excréments bouillants.

  • Sanhedrin 107b et Sotah 47a - enseigne que Jesus était sexuellement immoral, adorait des statues de pierre (une brique est mentionnée), qu'il fut coupé du peuple juif pour sa méchanceté et son refus de se repentir.

  • Shabbath 104b - enseigne que la mère de Jésus, "Miriam la coiffeuse", était une femme adultère qui a eu des relations sexuelles avec de nombreux hommes et que Jésus était un fou et un magicien qui a appris la sorcellerie en Égypte et, pour faire des miracles, a utilisé des procédures qui impliquaient se couper la chair.

  • Yebamoth 49b - enseigne que Jésus était un bâtard né d'un adultère.

Voici d'autres enseignements du Talmud non censuré

 

  • Frapper un Juif équivaut à frapper Dieu - Sanhédrin 58b

  • Les Juifs peuvent voler des non-Juifs - Baba Mezia 24a et Sanhedrin 76a

  • Les juifs peuvent tuer des non-juifs - Sanhedrin 57a

  • Les juifs peuvent mentir à des non-juifs - Baba Kamma 113a

  • Les enfants non juifs sont des sous-humains - Yevamot 98aAbodah Zarah 36b, et Abodah Zarah 22a-22b

  • l'embryon est considéré comme de l'eau jusqu'au quarantième jour". Ensuite, il est considéré comme un sous-homme jusqu'à sa naissance - Yevamot 69b

  • Lorsqu'un homme a une relation sexuelle avec une fillette de moins de trois ans cela n'est pas compté comme une relation sexuelle car avant l'âge de trois ans, son hymen se réparera de lui-même. Mais, si elle est agée de trois ans et un jour cela comptera comme une relation sexuelle: "Une fille âgée de trois ans et un jour peut être fiancée par des relations et si un yavam a des rapports intimes avec elle, il a accompli un yiboum efficace" Mishnah Niddah 5:4

  • Si un petit garcon de neuf ans et un jour a une relation sexuelle c'est un acte valide: "Si un garçon âgé de neuf ans et un jour a des relations intimes avec sa yevama, il effectue un yiboum effectif mais il ne peut pas divorcer avant d'avoir atteint l'âge de la majorité" Mishnah Niddah 5:4

 

Ils croient que leur Messie n'est pas encore venu, mais qu'il viendra un jour.

Le symbole du judaïsme est la supposée "Étoile de David". Il n'y a aucune preuve biblique que le roi David ait utilisé l'étoile de l'hexagramme comme symbole divin. Sachant que Le Seigneur a fortement condamné l'astrologie et le culte des astres/étoiles, et que le roi David a fidèlement servit Le Seigneur; il serait alors très controversé de parler de "l'étoile de David".

Ressemblance entre l'étoile de David et l'étoile de Remphan

L'ancienne étoile de Remphan (Moloch, Chiun ou Saturne) et d'Astarté  est un ancien symbole occulte liée aux Juifs en rébellion contre ELOHIM. Cette étoile est un hexagramme à 6 extrémités, et 6 triangles équilatéraux, formant à l'intérieur un hexagone à 6 côtés.  À cet effet, les 6 extrémités, les 6 triangles, et les 6 côtés de l'hexagone = 666

  • Actes 7:43 “Vous avez porté la tente de Moloch Et l'étoile du dieu Remphan, Ces images que vous avez faites pour les adorer! Aussi vous transporterai-je au delà de Babylone”

  • Amos 5:26 “ Mais vous avez porté le tabernacle de votre Moloch (Moloc) et Chiun (Kiun) vos images, l’étoile de votre dieu que vous vous êtes fait.

52832_preview.png

Sigle des drapeaux de l'Organisation sioniste et de l'État d'Israël. 

55de5d4cb0315.jpg

Cet ancien symbole occulte est aussi assimilé au "sceau de Salomon". On sait que Salomon avait construit des autels àux idoles de ses femmes: Kemosch, Ammon, Astarté, Milcom et Moloc. 

  • 1 Roi 11:5-8 "A l'époque de la vieillesse de Salomon, ses femmes inclinèrent son coeur vers d'autres dieux; et son coeur ne fut point tout entier à l'Éternel, son Dieu, comme l'avait été le coeur de David, son père. Salomon alla après Astarté, divinité des Sidoniens, et après Milcom, l'abomination des Ammonites. Et Salomon fit ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, et il ne suivit point pleinement l'Éternel, comme David, son père. Alors Salomon bâtit sur la montagne qui est en face de Jérusalem un haut lieu pour Kemosch, l'abomination de Moab, et pour Moloc, l'abomination des fils d'Ammon. Et il fit ainsi pour toutes ses femmes étrangères, qui offraient des parfums et des sacrifices à leurs dieux."

 

On peut alors supposer que le roi Salomon ait apporté le symbole aux Israélites par le biais de son propre culte des démons initié par ses nombreuses épouses, lorsqu'il s'est détourné de L'Eternel. Notez que La Bible attribue à Salomon le nombre 666 en poids d'or.

  • 2 Chroniques 9:13 "Le poids de l'or qui arrivait à Salomon chaque année était de six cent soixante-six talents d'or"

Notez que selon les dictionnaires Collins, Merriam-Webster, et bien d’autres, le mot "Hex" signifie ensorceler; pratiquer la sorcellerie, lancer un maléfice, une formule magique ou un charme destiné à causer des dommages. Or, cette étoile fut adoptée comme symbole par le premier congrès sioniste en 1897, et figure sur les drapeaux de l'Organisation sioniste et de l'État d'Israël. 

Sont-ils des descendants de Juda et des 12 Tribus de Jacob?

Tout d'abord, il faut se rappeler qu'au premier siècle après J.C., il n'y avait pas de Juifs Ashkénazes ou Séfarades; il n'y avait pas non plus, à cette époque, le pays "Israël" que nous connaissons aujourd'hui. Mais il y avait des Juifs qui vivaient en Égypte, et des Juifs Greco-Romains qui vivaient dans la province romaine de Judée (appelée Judaei). La région était autrefois appelée Eretz Kna'an (le pays de Canaan) et les frontières était connues dans la tradition juive comme les "frontières de ceux qui sortaient d'Égypte" (Nombres 34:2, Deutéronome 1:6-8)

 Benjamin Harrison Freedman explique qu'à l'origine il y avait les Judéens ou Judaïtes et les Israélites, mais au debut du 18e siècle le mot "Juif" fit son apparition dans la langue anglaise en reference aux judéens. Cependant, au cours des 18ème, 19ème et 20ème siècles, un "groupe de pression" international bien organisé et bien financé donna un "sens secondaire" au mot "Juif". Notez que le mot Ashkenazim signifie "Juifs khazars" et nombreux sont ceux qui pensent que les Khazars sont les ancêtres des Juifs ashkénazim.

 

L'Encyclopédie juive explique et confirme que ces Juifs étaient des Khazars (ou "Chazars"), un peuple d'origine turque génétiquement apparenté aux tribus Hun, Uigur et Magyar. Brièvement, le royaume khazar s'est établi dans le sud de la Russie avant la fondation de la monarchie russe par les Varangiens, et les Khazarians sont issus d'une tribu médiévale turque/mongole qui s'est convertie en masse au judaïsme au 9e siècle.

  • "Les Khazars, un groupe national de type turque général, indépendant et souverain en Europe de l'Est entre le septième et le dixième siècle de l'ère chrétienne. Pendant une partie de cette période, les principaux Khazars professaient le judaïsme... En dépit des informations négligeables de nature archéologique, la présence de groupes juifs et l'impact des idéaux juifs en Europe de l'Est sont considérables au cours du Moyen-Âge. Les groupes mentionnés comme ayant migré de l'Est vers l'Europe centrale ont souvent été appelés Khazars, ce qui ne permet pas de négliger la possibilité qu'ils soient originaires de l'ancien Empire khazar. |The Encyclopedia Judaica (1972)|

  • "La signification initiale d'Ashkenaze et d'Ashkenazim en hébreu est l'Allemagne et les Allemands. Cela peut s'expliquer par le fait que le foyer des ancêtres des Allemands est la Médie, qui est l'Ashkénaz biblique... Krauss est d'avis qu'au début de l'époque médiévale, les Khazars étaient parfois appelés Ashkénazes... Environ 92 % de tous les Juifs, soit approximativement 14 500 000 personnes, sont des Ashkénazes." |Encyclopédie juive universelle|

 

  • Khazars, une nation tribale asiatique et mongole non sémite qui a émigré en Europe de l'Est vers le premier siècle, et qui s'est convertie en tant que nation entière au judaïsme au 7ème siècle à la suite de l'expansion de la nation russe qui incorpora toute la population khazare, et dont la présence en Europe de l'Est est à l'origine du grand nombre de Juifs parlant le yiddish en Russie, en Pologne, en Lituanie, en Galatie, en Besserabie et en Roumanie. |The Jewish Encyclopedia|

 

  • En l'an 740 de notre ère, les Khazars ont été officiellement convertis au judaïsme. Un siècle plus tard, ils ont été écrasés par les nouveaux peuples de langue slave et ont été dispersés en Europe centrale, où ils étaient connus sous le nom de Juifs. |The American Peoples Encyclopedia 1954: 15-292|

Dans une plublication de Mars 2014, le Times of Israel a reconnu l'existence d'une fuite d'informations révélant que les Juifs ashkénazes sont en fait des Khazars, et non de véritables Israélites.

  • "En 2012, le chercheur israélien Eran Elhaik a publié une étude censée prouver que l'ascendance khazar est l'élément le plus important du patrimoine génétique ashkénaze. Sand a déclaré avoir raison, et des médias progressistes tels que Haaretz et The Forward ont fait écho des résultats de l'étude... Israël semble enfin avoir jeté l'éponge. Une équipe de spécialistes issus d'institutions de recherche et de musées de premier plan vient de remettre un rapport secret au gouvernement, reconnaissant que les Juifs européens sont en fait des Khazars." |Times of Israel, 18 Mars 2014|

L'auteur juif Shlomo Sand, a également écrit dans son livre 'The Invention of the Jewish People' que les Juifs d'aujourd'hui sont des Khazars. Et, l'auteur juif Arthur Koestler avait avancé le même argument dans son livre, 'The Thirteenth Tribe', où il affirmait:

  • "La grande majorité des Juifs qui ont survécu dans le monde sont originaires d'Europe de l'Est, et donc peut-être principalement d'origine khazar. Si tel est le cas, cela signifierait que leurs ancêtres ne sont pas venus du Jourdain mais de la Volga, pas de Canaan mais du Caucase, autrefois considéré comme le berceau de la race aryenne, et que, génétiquement, ils sont plus étroitement liés aux tribus hun, ouïgoure et magyare qu'à la descendance d'Abraham, d'Isaac et de Jacob [les Israélites]."

Qui étaient les Khazars?

Selon certains rapports, le royaume khazar s'est établi dans le sud de la Russie avant la fondation de la monarchie russe par les Varangiens; et les Khazars étaient un peuple turc guerrier génétiquement apparenté aux tribus Hun, Uigur et Magyar qui s'est convertie en masse au judaïsme aux 8e et 9e siècles siècles. 

Les Khazars ont régné sur un vaste domaine dans ce qui est devenu le sud de la Russie et de l'Ukraine. Depuis 100-800 après J.-C., les Khazars étaient connus des pays environnants comme des voleurs, des assassins, des bandits de grand chemin et usurpateurs de l'identité des voyageurs qu'ils assassinaient, une pratique professionnelle et un mode de vie qui leur étaient coutumiers. Le roi khazarien et son cercle d'oligarques pratiquaient un autre forme de judaïsme melé à l'ancienne magie noire babylonienne, également connue sous le nom de satanisme secret, basé sur l'ancien culte de Baal. Ce culte également connu sous le nom de culte de Moloch impliquait des cérémonies occultes au cours desquelles des enfants étaient sacrifiés, après les avoir "saignés", bu leur sang et mangé leur cœur. 

Les Juifs Ashkénazes et Séfarades affirment qu'ils ne sont ni des descendant d'Ashkénaze, ni des descendants de "Madai" (tous deux des fils de Japhet), et encore moins des khazars; mais qu'ils sont plutôt les descendants des anciens Israélites originaires du Moyen-Orient et qui furent chasses de leur terre. Ils affirment aussi que les noms "Ashkénazes" et "Séfarades" ne sont que des étiquettes de diaspora qui signifient "Juifs qui se sont installés dans le pays d'Ashkénaze / Séfarade et qui utilisent la langue hébraïque et les traditions bibliques de ces terres."

 

Or, dans leur propre Encyclopédie et Almanach, les Juifs sionistes sont très clairs en précisant qu'ils n'ont aucun lien de sang avec les Juifs des temps bibliques et qu'ils sont bel et des Aschkénazim, descendants de Japhet. 

  • proprement parler, il est incorrect d'appeler un ancien Israélite "un Juif" ou d'appeler un Juif contemporain "un Isréalite ou un Hébreu" |1980, Jewish Almanac - Brève historique des termes utilisés pour désigner les Juifs, p.3| 

  • "La signification initiale d'Ashkenaze et d'Ashkenazim en hébreu est l'Allemagne et les Allemands. Cela peut s'expliquer par le fait que le foyer des ancêtres des Allemands est la Médie, qui est l'Ashkénaz biblique... Environ 92 % de tous les Juifs, soit approximativement 14 500 000 personnes, sont des Ashkénazes." |Encyclopédie juive universelle|

En d'autres termes, ils ne sont ni des descendants de Juda, ni des descendant des douze tribus d'Israël, mais sont des gens qui ont été convertis au judaïsme en Europe et en Russie.

Who-are-the-jews-Jewish-Almanac.jpg

 

On sait que la conversion prosélyte des traditions ancestrales juives était très répandue dans les temps ancients. Et, il est intéressant de noter que Jésus-Christ a fait les déclarations bibliques suivantes au sujet d'un certain groupe de personnes trop zélées qui avaient une connaissance superficielle des traditions Abrahamic et qui n'étaient donc pas de "vrais défenseurs de la foi juive". Jésus-Christ les a appelé Synagogue de Satan qui nie sa divinité et prétend être juive, mais qui en réalité ne l'est pas.

  • Apocalypse 2:9 "Je connais tes oeuvres; je sais la persécution, la pauvreté (pourtant tu es riche) et les insultes que tu endures de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont point, mais qui sont une synagogue de Satan"

  • Apocalypse 3:9 "Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent"

  • Romains 9:6 "Ce n'est pas que la parole de Dieu ait failli. Car tous ceux qui descendent d'Israël ne sont pas le véritable Israël"

 

Voici ci-dessous, un extrait de ce que Frederic Rougemont, un géographe, historien, philosophe et théologien suisse du 19e siècle a écrit concernant les Ashkénazim, dans son Livre Le peuple primitif. 1,2 pg.168. Il reliait les Ashkénazim à Caïn, aux Naphidim, et a affirmé que ces derniers s'étaient autoproclamés les dieux ou le peuple élu de Dieu dans ce monde.

Les Scandinaves distinguaient les Ases, les Vanes, les Géants et les Nains. Chacun de ces quatres mythes est formé d'un triple élément: la tradition antédiluvienne et humanitaire, les événements de la primitive histoire nationale, et le travail d'une imagination puissante qui idéalise toutes choses selon les lois de l'analogie. Ainsi les Ases sont proprement les Forts, la race (KENAZ, hébr.) des forts (AZ), Askénazites, descendants de Gomer et aïeux des Scandinaves, Mais leur postérité à vue en eux les héritiers de la piété, de la sagesse, de la puissance des Sethites, les Elohim, les Déwas, les dieux; elle les a identifiés et confondus avec ses theothées et physiothées, et les Ases ont peut-être été un peuple contemporain des Askénazites, rival, ennemi d'abord, puis allié, auquel ils auront emprunté une partie de leurs dieux. Mais ces vanes passaient pour être les héritiers et les représentants, dans le monde actuel, des antiques Caïnites et en particulier des voluptueux et industrieux Lémécides. Les Géants partagent, avec les Vanes et les hommes, la surface de la terre; et l'on croit reconnaître en eux une race d'une grande force physique qui, tels que des Nephilim, aurait fait de fréquentes invasions sur les terres des Scandinaves. 

 

 

Voici quelques faits indiquant que leur origine est européenne et qu'ils ne peuvent être considérés à juste titre comme les descendants légitimes de Jacob, contredisant ainsi l'idée qu'ils sont originaires du Moyen-Orient.

Les analyses d'ADN les relient à l'Europe et non au Moyen-Orient

Les études récentes effectuées par Martin Richards, archéogénéticien à l'Université de Huddersfield en Angleterre, ont révélé que les origines de la lignée matrilinéaire des Juifs Ashkénazes sont génétiquement Européennes.

Richards et son équipe ont analysé l'ADN mitochondrial - qui est stocké dans le cytoplasme de l'œuf et transmis uniquement par la mère - de plus de 3 500 personnes originaires du Moyen-Orient, du Caucase et d'Europe, y compris des Juifs ashkénazes. L'équipe a découvert que quatre géniteurs étaient responsables de 40 % de l'ADN mitochondrial ashkénaze, et que tous ces géniteurs étaient originaires d'Europe. La majorité des participants restants ont été identifiés à d'autres lignées européennes. Au total, plus de 80 % des lignées maternelles des Juifs ashkénazes sont originaires d'Europe, seules quelques lignées proviennent du Moyen-Orient. Pratiquement aucune ne provient du Caucase du Nord, situé le long de la frontière entre l'Europe et l'Asie, entre la mer Noire et la mer Caspienne, comme l'indique le récit officiel.

 

En d'autres termes, leur  ADN mitochondrial contredit l'idée que les Juifs européens descendent principalement de personnes qui ont quitté Israël et le Moyen-Orient il y a environ 2 000 ans. 

Pour mieux comprendre pourquoi la lignée matrilinéaire des Juifs ashkenazes est problématique, il est important de garder à l'esprit que le judaïsme traditionnel interdit le mariage avec des non-juifs, c'est à dire tous les Juifs sont censés avoir deux parents juifs. Le statut tribal ne peut être hérité que par le père, et le statut de juif est uniquement transmis par la mère:

  1. L'enfant d'un père juif et d'une mère non juive n'est pas considéré Juif et, selon la loi juive, cet enfant n'est aucunement la progéniture légal du père. 

  2. L'enfant né d'une mère juive et d'un père non juif ne peut être compté dans aucune des tribus et aura le même statut d'Israélite générique qu'un converti au judaïsme ou qu'une personne à la filiation incertaine.

 

Richards a déclaré: "Bien que la découverte semble intuitive, elle contredit l'idée que les Juifs européens descendent principalement de personnes qui ont quitté Israël et le Moyen-Orient il y a environ 2 000 ans. Au contraire, une proportion importante de la population provient d'Européens locaux qui se sont convertis au judaïsme"

Affiliation avec Kalonymus

Kalonymus (hébreu : Qālōnīmūs) était une importante famille originaire d'Italie, qui vivait principalement à Lucques et à Rome. Après avoir émigré d'Italie vers l'Allemagne, elle devint l'une des familles juives les plus influentes d'Allemagne, prospérant du 9ème au 13ème siècle, en particulier dans les villes situées près du Rhin. La famille est considérée par beaucoup comme le fondement de la Hachmei Provence et des Hassidim Ashkenazi, et a joué pendant de nombreuses générations un rôle de premier plan dans le développement de l'éducation juive en Allemagne. La famille comptait parmi ses membres de nombreux rabbins, prédicateurs, poètes, enseignants, auteurs, moralistes et théologiens, et la plupart des dirigeants communautaires éminents de l'époque étaient issus de ses rangs. On sait que vers 1195, peut-être en raison des persécutions allemandes, elle quitta Spire pour Ratisbonne, où elle fonda une yeshiva (académie) et rassembla des disciples imprégnés de connaissances occultes et versés dans les traditions kabbalistiques liées à la contemplation mystique du "trône de Dieu". La famille Kalonymus a contribué à l'essor des leaders spirituels et du mysticisme dans l'Allemagne médiévale.

 

Nous vous encourageons à faire vos propres recherches, et que l'Esprit Saint vous guide dans la compréhension de ce message. 

bottom of page