top of page
Mary-the-Mother-of-Jesus-173010420-58eeb56f5f9b582c4d0a4f05.jpg

 

Les textes de l'Histoire de la Nativité de Marie et l'enfance de Jésus-Christ existe au Vatican, à la bibliothèque du roi à Paris et dans d'autres grands dépôts des traductions arabes, syriaques ou coptes de l'évangile St-Jacques; mais elles n'ont point vu le jour.

Nous conservons ici les deux versions de l'Histoire de la Nativité de Marie et l'enfance de Jésus-Christ:

  • L'Évangile du Pseudo-Matthieu

  • Le Protoévangélium de Jacques

NATIVITÉ DE LA VIERGE MARIE

 

L'ÉVANGILE DU PSEUDO-MATHIEU

L'Évangile du Pseudo-Matthieu est l'un des plus importants récits apocryphes sur la vie de Marie, de Joseph, de Jésus et des parents de Marie, Anne et Joachim. Parmi les évangiles de l'Europe occidentale médiévale, cet Évangile était le deuxième en termes de popularité, juste après le plus largement attesté, Évangile de Jésus. Malgré son statut d'apocryphe, l'Evangile est resté à la fois populaire et influent tout au long du Moyen Âge et au début de la période moderne. Sa popularité et ses influences peuvent être retracées dans de nombreux ouvrages de la littérature chrétienne, les arts visuels, la liturgie et les perspectives théologiques.
 

ICI commence le livre de la Naissance de la Sainte Marie et de l'Enfance du Sauveur.

Chapitre 1

A cette époque, il y avait à Jérusalem un homme du nom de Joachim, de la tribu de Juda. Il était le berger de ses propres brebis, craignant le Seigneur avec intégrité et simplicité de cœur. Il n'avait d'autre soin que celui de ses troupeaux, dont il nourrissait tous ceux qui craignaient Dieu, offrant des dons doubles dans la crainte de Dieu à tous ceux qui travaillaient dans la doctrine et qui le servaient.

C’est pourquoi il divisait en trois parts ses agneaux, ses brebis, sa laine et tout ce qu’il possédait : il en donnait une aux orphelins, aux veuves, aux étrangers et aux pauvres; la seconde à ceux qui adoraient Dieu; et le troisième, il le garda pour lui et pour toute sa maison.

Comme il faisait cela, l'Éternel lui multiplia ses troupeaux, de sorte qu'il n'y eut personne comme lui dans le peuple d'Israël.A l’âge de vingt ans, il prit pour femme Anne, fille d’Achar, de sa tribu, de la tribu de Juda, de la famille de David.
Bien qu’ils eussent vécu ensemble vingt ans, il n’eut ni fils ni filles d'elle.

Chapitre 2

Il arriva qu'au temps de la fête, parmi ceux qui offraient de l'encens à l'Éternel, Joachim se tenait debout, préparant ses offrandes devant l'Éternel. Et le sacrificateur nommé Ruben, s'approchant de lui, lui dit: Il ne t'est pas permis de te tenir parmi ceux qui sacrifient à Dieu, car Dieu ne t'a pas béni pour te donner une postérité en Israël.

C’est pourquoi, humilié aux yeux du peuple, il se retira du temple du Seigneur en pleurant, et il ne retourna pas dans sa maison, mais il alla vers ses troupeaux, emmenant avec lui ses bergers dans les montagnes, dans un pays lointain, pour que sa femme Anna n’entende aucune nouvelle de lui.

Elle pria avec larmes, disant: O Seigneur, Dieu puissant d’Israël, vu que déjà tu ne m’as pas donné des enfants, pourquoi as-tu pris de moi aussi mon mari? Voici, cela fait cinq mois que je n’ai pas vu mon mari, et je ne sais où il demeure; et si je savais qu’il est mort, je ne pourrais l’enterrer.

Tandis qu'elle pleurait excessivement, elle entra dans la cour de sa maison; et elle tomba sur sa face en prière, et répandit ses supplications devant le Seigneur.

Après cela, se levant de sa prière, et levant les yeux vers Dieu, elle vit un nid de moineaux dans un laurier, et éleva sa voix au Seigneur avec gémissement, et dit: Seigneur Dieu tout-puissant, qui a donné naissance à toute créature, aux bêtes sauvages et apprivoisés, aux serpents et aux oiseaux, et les poissons, et ils se réjouissent tous de leurs jeunes enfants, Tu m’as exclu seul du don de ta bonté. Car toi, ô Dieu, tu connais mon coeur, que depuis le commencement de ma vie conjugale j’ai fait le vœu que, si tu, ô Dieu, me donnais un fils ou une fille, je te les offrirais dans ton saint temple.

Comme elle parlait ainsi, soudain un ange du Seigneur apparut devant elle, disant : Ne crains pas, Anna, car il y a une semence pour toi dans le décret de Dieu; et toutes les générations, jusqu’à la fin, s’étonneront de ce qui naîtra de toi.
Quand il eut parlé ainsi, il disparut de sa vue.

Mais elle, effrayée et craintive, parce qu’elle avait vu un tel spectacle et entendu de telles paroles, entra enfin dans sa chambre, et se jeta sur le lit comme morte.
Pendant toute la journée et la nuit, elle resta en grand tremblement et en prière.
Après ces choses, elle appela sa servante, et lui dit: Tu me vois consumée par mon veuvage et dans une grande perplexité, et tu n’as pas voulu entrer chez moi?

Elle, avec un léger murmure, répondit et dit: Si Dieu a fermé ton ventre et t’a enlevé ton mari, que puis-je faire pour toi?
Quand Anna entendit cela, elle éleva sa voix, et pleura à haute voix.

Chapitre 3

En ce même temps, un jeune homme apparut sur les montagnes à Joachim, pendant qu’il paissait ses troupeaux, et il lui dit : Pourquoi ne retournes-tu pas vers ta femme?
Joachim dit : Je l’ai eue depuis vingt ans, et Dieu n’a pas voulu me donner des enfants par elle. J'ai été chassé avec honte et reproche du temple du Seigneur: pourquoi devrais-je retourner vers elle, alors que j'ai été une fois rejeté et tout à fait méprisé? Ici donc je resterai avec mes brebis; et aussi longtemps que dans cette vie Dieu veut m'accorder la lumière, je donnerai volontiers, par les mains de mes serviteurs, leurs parts aux pauvres, aux orphelins et à ceux qui craignent Dieu.

Quand il eut ainsi parlé, le jeune homme lui dit: Je suis un ange du Seigneur, et aujourd'hui je suis apparu à ta femme quand elle pleurait et priait, et je l'ai consolé; et sache qu'elle a conçu une fille de ta semence, et que tu l'as abandonnée dans ton ignorance. Elle sera dans le temple de Dieu, et le Saint-Esprit demeurera en elle; et sa béatitude sera plus grande que celle de toutes les saintes femmes, de sorte que personne ne peut dire que quelqu'un avant elle a été comme elle, ou que quelqu'un après elle dans ce monde le sera. Descend donc des montagnes, et retourne vers ta femme, que tu trouveras enceinte. Car Dieu a suscité en elle une semence, et pour cela tu rendras grâces à Dieu; et sa postérité sera bénie, et elle-même sera bénie, et deviendra la mère de la bénédiction éternelle.

Alors Joachim adora l'ange et lui dit: Si j'ai trouvé grâce à tes yeux, assieds-toi un peu dans ma tente et bénis ton serviteur. L'ange lui dit: Ne dis pas serviteur, mais compagnon de service; car nous sommes les serviteurs d'un seul Maître. Mais ma nourriture est invisible, et ma boisson ne peut être vue par un mortel. Tu ne dois donc pas me demander d'entrer dans ta tente; mais si tu devais me donner quelque chose, offre-le en holocauste à l'Éternel.

Alors Joachim prit un agneau sans tache, et dit à l'ange: Je n'aurais pas osé offrir d'holocauste à l'Éternel, si ton ordre ne m'avait donné le droit d'offrande du prêtre.

L'ange lui dit: Je ne t'aurais pas invité à offrir si je n'avais pas connu la volonté du Seigneur.

Quand Joachim offrit le sacrifice à Dieu, l’ange et l’odeur du sacrifice montèrent ensemble au ciel avec la fumée. 
Joachim, se jetant sur son visage, pria depuis la sixième heure du jour jusqu’au soir.

Les jeunes bergers et les servants qui étaient avec lui le virent, et, ne sachant pas pourquoi il était couché, crurent qu’il était mort; ils vinrent à lui, et le soulevèrent de terre avec difficulté.

Lorsqu'il leur raconta la vision de l'ange, ils furent frappés d'une grande frayeur et d'étonnement, et lui conseillèrent d'accomplir sans tarder la vision de l'ange, et de retourner en toute hâte vers sa femme.

Et pendant que Joachim se demandait s'il devait ou non rebrousser chemin, il arriva qu'il fut accablé d'un profond sommeil; et voici, l'ange qui lui était déjà apparu lorsqu'il était éveillé, lui apparut dans son sommeil, disant: Je suis l'ange désigné par Dieu comme ton gardien: descends avec confiance et retourne vers Anne, car les actes de miséricorde ce que toi et ta femme Anne avez fait, on l'a dit en présence du Très-Haut; et Dieu vous donnera un fruit tel qu'aucun prophète ou saint n'en a jamais eu depuis le commencement, ou n'en aura jamais.

Lorsque Joachim se réveilla de son sommeil, il appela tous ses bergers et leur raconta son songe.

Et ils adorèrent le Seigneur, et lui dirent: Garde-toi de mépriser davantage les paroles de l'ange. Mais levons-nous et partons d'ici, et retournons d'un pas tranquille, paître nos troupeaux.

Après trente jours de marche occupés à retourner, ils étaient maintenant proches, voici, que l'ange du Seigneur apparut à Anne, qui se tenait debout et priait, et dit: va à la porte qui est appelé d’or, et tu rencontreras ton mari en chemin, car aujourd'hui il reviendra à toi.

Comme elle était fatiguée d’une longue attente, elle leva les yeux et vit de loin Joachim qui venait avec ses troupeaux. Elle courut vers lui et s’accrocha à son cou, rendant grâces à Dieu, et disant: J’étais veuve, et voici maintenant je ne le suis plus; j’étais stérile, et voici que je suis enceinte.

Ils se prosternèrent devant l’Éternel, et entrèrent dans leur maison.

Et quand cela fut entendu, il y eut une grande joie parmi tous leurs voisins et connaissances, de sorte que tout le pays d'Israël les félicita.

Chapitre 4

Après ces choses, ses neuf mois étant accomplies, Anna enfanta une fille, et l’appela Marie.

Après l'avoir sevrée dans sa troisième année, Joachim et Anne sa femme, allèrent ensemble au temple du Seigneur pour offrir des sacrifices à Dieu, et placèrent l'enfant, nommément Marie, dans la communauté des vierges, dans laquelle les vierges demeuraient. jour et nuit louant Dieu.

Lorsqu'elle fut déposée devant les portes du temple, elle monta les quinze marches si rapidement, qu'elle ne se retourna pas du tout; et elle ne chercha pas non plus ses parents comme les enfants ont l’habitude de le faire.

Sur quoi ses parents, chacun d'eux allant anxieusement vers l'enfant, furent tous deux étonnés, jusqu'à ce qu'ils la trouvent dans le temple, et les prêtres du temple eux-mêmes s'étonnèrent.

Chapitre 5

Alors Anna, remplie du Saint-Esprit, dit devant eux tous: Le Seigneur Tout-Puissant, le Dieu des armées, se souvenant de sa parole, a visité Son peuple avec une visitation bonne et sainte, pour abaisser le cœur des Gentils qui se levaient contre nous, et les tourner vers Lui.

Il a ouvert ses oreilles à nos prières: il a éloigné de nous l'exultation de tous nos ennemis.

La stérile est devenue mère, et a apporté l’exultation et la joie à Israël. Voici les dons que j'ai apportés pour les offrir à mon Seigneur, et mes ennemis n'ont pas pu m'en empêcher.

Car Dieu a tourné leur cœur vers moi, et lui-même m'a donné une joie éternelle.

Chapitre 6

Marie était admirée de tout le peuple d'Israël; et quand elle avait trois ans, elle marchait d'un pas si mûr, elle parlait si parfaitement, et passait son temps si assidûment dans les louanges de Dieu, que tous s'étonnaient et s'émerveillaient d'elle; et elle n'était pas considérée comme un jeune enfant, mais comme une personne adulte de trente ans.

Elle était si constante dans la prière, et son apparence était si belle et glorieuse, que presque personne ne pouvait la regarder en face. Et elle s'occupait constamment de son travail de laine, de sorte qu'elle pouvait, dans ses jeunes années, faire tout ce que les vieilles femmes n'étaient pas capables de faire.

Voici la discipline qu’elle s’était donné: Du matin à la troisième heure, elle restait en prière; de la troisième à la neuvième, elle s’occupait de son tissage; et à partir de la neuvième, elle s’appliquait de nouveau à la prière.

Elle ne cessait de prier que lorsque lui apparaissait l'ange du Seigneur, de la main duquel elle recevait de la nourriture; et ainsi elle devint de plus en plus parfaite dans l'œuvre de Dieu.

Puis, lorsque les vierges plus âgées se reposaient des louanges de Dieu, elle ne se reposait pas du tout; de sorte que dans les louanges et les veillées de Dieu, personne ne la surpassait, personne n'était plus instruite dans la sagesse de la loi de Dieu, plus humble dans l'humilité, plus élégante dans le chant, plus parfaite dans toutes les vertus.

En effet, elle était ferme, immuable, inébranlable, et avançait chaque jour vers la perfection. Personne ne la vit en colère, ni ne l’entendit dire du mal.

Son discours était si plein de grâce, que son Dieu était reconnu dans son language. Elle était toujours engagée dans la prière et dans la recherche de la loi, et elle était anxieuse de ne pas pécher par une parole de sa part à l’encontre de ses compagnons.

Elle craignait que dans son rire, ou le son de sa belle voix, elle ne commette quelque faute, ou que, étant ravie, elle ne montrât quelque méfait ou orgueil à l'un de ses égaux.

Elle bénissait Dieu sans trêve; et de peur que, même dans sa salutation, elle ne cesse de louer Dieu; si quelqu'un la saluait, elle répondait en guise de salutation: Grâces soient rendues à Dieu.

Et c'est d'elle qu'est née la coutume selon laquelle les hommes disent: Grâces soient rendues à Dieu, lorsqu'ils se saluaient.

Elle ne se rafraîchissait qu'avec la nourriture qu'elle recevait quotidiennement de la main de l'ange ; mais la nourriture qu'elle obtenait des prêtres, elle la partageait entre les pauvres.

Les anges de Dieu lui parlaient souvent, et ils lui obéissaient avec la plus grande diligence. Si quelqu'un qui était malade la touchait, à la même heure il rentrait chez lui guéri.

Chapitre 7

Le sacrificateur Abiathar offrit des présents sans fin aux grands sacrificateurs, afin de la prendre pour femme à son fils. Mais Marie leur interdisait, disant: Il ne peut pas être que je devrais connaître un homme, ou qu’un homme devrait me connaître.

Car tous les prêtres et tous ses parents lui disaient: Dieu est adoré dans les enfants et adoré dans la postérité, comme cela s'est toujours produit parmi les fils d'Israël.

Mais Marie leur répondit: Dieu est adoré dans la chasteté, comme cela a été prouvé avant tout.
Car, avant Abel, il n’y avait point de juste parmi les hommes; et, par ses offrandes, il plut à Dieu, et il fut tué sans miséricorde par celui qui lui a déplu.

Il reçut donc deux couronnes d’oblation et de virginité, parce que dans sa chair il n’y avait pas de pollution.
Élie aussi, lorsqu’il était dans la chair, fut élevé dans la chair, parce qu’il gardait sa chair intacte.

Maintenant, j’ai appris dès mon enfance dans le temple de Dieu que la virginité peut être suffisamment chère à Dieu.

Ainsi, parce que je peux offrir ce qui est cher à Dieu, j'ai résolu dans mon cœur de ne connaître aucun homme.

Chapitre 8

Lorsqu’elle eut quatorze ans, les pharisiens dirent à cette occasion qu’il était de coutume qu’aucune femme de cet âge ne demeurait dans le temple de Dieu, et ils se mirent à envoyer un messager par toutes les tribus d’Israël, afin que, le troisième jour, tous se réunissent dans le temple de l’Éternel.

Quand tout le peuple fut assemblé, Abiathar, le souverain sacrificateur, se leva et monta sur une marche plus élevée, afin qu’il fût vu et entendu par tout le peuple; et quand un grand silence eut été obtenu, il dit: Écoutez-moi, fils d’Israël, et recevez mes paroles dans vos oreilles.

Depuis que Salomon a bâti ce temple, il y a en lui des vierges, des filles de rois, des filles de prophètes, de grands prêtres et de prêtres, et elles étaient grandes et dignes d’admiration. Mais quand elles arrivèrent à l’âge convenable, elles se marièrent, suivirent le cours de leurs mères devant elles et furent agréables à Dieu.

Mais un nouvel ordre de vie a été découvert par Marie seule, qui promet qu'elle restera vierge à Dieu. C'est pourquoi il me semble que, par notre enquête et la réponse de Dieu, nous devrions essayer de déterminer à qui sa garde doit être confiée.

Alors ces paroles trouvèrent grâce auprès de toute la synagogue.

Le sort fut tiré par les sacrificateurs des douze tribus, et tomba par le sort sur la tribu de Juda.

Le sacrificateur dit: Demain, que quiconque n’a pas de femme vienne, et apporte sa verge dans sa main. D’où il arriva que Joseph apporta sa verge avec les jeunes hommes.

Les verges ayant été remises au souverain sacrificateur, il offrit un sacrifice au Seigneur Dieu, et s’enquit auprès du Seigneur.

Et le Seigneur lui dit: Mets toutes leurs verges dans le lieu des saints de Dieu, et qu’ils y restent, et ordonne-leur de venir à toi le lendemain pour récupérer leurs verges; et l'homme de la pointe duquel une colombe sortira et s'envolera vers le ciel, et dans la main duquel la verge, une fois rendue, montrera ce signe, que Marie soit livrée pour être gardée.

Le lendemain donc, tous s'étant assemblés de bonne heure, et une offrande d'encens ayant été faite, le souverain sacrificateur entra dans le saint des saints et apporta les verges.

Quand il eut distribué les verges, (et que la colombe ne sortit d'aucune d'elles), le souverain sacrificateur sonna les douze cloches et mit la robe sacerdotale; et entrant dans le lieu des saints, il y fit un holocauste, et adressa une prière.

Et l'ange du Seigneur lui apparut, disant: Il y a ici la verge la plus courte, dont tu n'as pas tenu compte: tu l'as apportée avec les autres, mais tu ne l'as pas retirée avec eux. Quand tu l'auras prise et que tu l'auras donnée à celui à qui elle appartient, en elle apparaîtra le signe dont je t'ai parlé.

Or, c’était la verge de Joseph; et parce qu’il était vieux, il avait été rejeté, pour ainsi dire, afin de ne pas la recevoir, mais lui-même ne voulait pas non plus demander sa verge.

Et comme il se tenait humblement le dernier de tous, le souverain sacrificateur lui cria d'une voix forte, disant: Viens, Joseph, et prends ta verge; car nous t'attendons.

Joseph s'approcha tout tremblant, parce que le souverain sacrificateur l'avait appelé d'une voix très forte. Mais dès qu'il étendit la main et saisit sa verge, aussitôt du haut de celle-ci sortit une colombe plus blanche que la neige, extrêmement belle, qui, après avoir longtemps volé autour des toits du temple, s'envola enfin vers les cieux.

Alors tout le peuple félicita le vieillard en disant: Tu as été béni dans ta vieillesse, ô père Joseph, puisque Dieu t'a montré apte à recevoir Marie.

Les sacrificateurs lui dirent: Prends-la, car tu as été choisi par Dieu dans toute la tribu de Juda; Joseph commença timidement à leur parler en disant: Je suis un vieil homme et j'ai des enfants ; pourquoi me livrez-vous cet enfant qui est plus jeune que mes petits-fils ?

Alors Abiathar, le souverain sacrificateur, lui dit : "Souviens-toi, Joseph, comment Dathan, Abiron et Core ont péri, parce qu'ils ont méprisé la volonté de Dieu." Ainsi t'arrivera-t-il, si tu méprises ce qui t'est commandé par Dieu.

Joseph lui répondit: Je ne méprise en effet pas la volonté de Dieu; mais je serai son tuteur jusqu'à ce que je sache, concernant la volonté de Dieu, lequel de mes fils peut l'avoir pour femme. Que quelques unes de ses compagnes vierges, avec lesquelles elle peut passer son temps en attendant, lui soient données pour consolation.

Abiathar, le souverain sacrificateur, prit la parole et dit: On lui donnera cinq vierges pour consolation, jusqu’à ce que vienne le jour fixé où tu la recevras; car elle ne peut être mariée à personne d'autre.

Alors Joseph reçut Marie, avec les cinq autres vierges qui devaient être avec elle dans la maison de Joseph. Ces vierges étaient Rebecca, Séphora, Susanna, Abigaïl et Cael, à qui le souverain sacrificateur donna la soie, l’étoffe bleue, le fin lin, l’écarlate, la pourpre et le fin lin. Car ils tirèrent au sort entre eux ce que chaque vierge devait faire, et la pourpre pour le voile du temple du Seigneur tomba au sort de Marie.

Quand elle l'eut, les autres vierges lui dirent: Puisque tu es la dernière, la plus humble, et plus jeune que tous, tu as mérité de recevoir et d'obtenir la pourpre.

Prononçant, pour ainsi dire ces paroles d'agacement, ils commencèrent à l'appeler reine des vierges. Cependant, pendant qu'ils faisaient cela, l'ange du Seigneur apparut au milieu d'eux, disant: Ces paroles n'auront pas été prononcées en guise d'agacement,  mais prophétisées comme une prophétie des plus vraies.

Ils tremblèrent donc à la vue de l'ange et à ses paroles, et lui demandèrent de leur pardonner et de prier pour eux.

Chapitre 9

Le second jour, alors que Marie était à la fontaine entrain de remplir sa cruche, l’ange du Seigneur lui apparut, disant: Tu es bénie, Marie; car dans ton sein tu as préparé une demeure pour le Seigneur. Voici, la lumière du ciel viendra habiter en toi, et au moyen de toi brillera sur le monde entier.

De nouveau, le troisième jour, tandis qu'elle travaillait la pourpre avec ses doigts, un jeune homme d'une beauté ineffable entra. Et quand Marie le vit, elle eut très peur et trembla.

Il lui dit: Je te salue, Marie, pleine de grâce; le Seigneur est avec toi; tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni.

Quand elle entendit ces paroles, elle trembla, et eut une grande crainte.

Alors l'ange du Seigneur ajouta: Ne crains pas, Marie; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu: voici, tu concevras dans ton sein, et tu enfanteras un roi, qui remplit non seulement la terre, mais aussi le ciel, et qui règne de génération en génération.

Chapitre 10

Pendant que ces choses se faisaient, Joseph était occupé par son travail, la construction de maisons, dans les quartiers du bord de mer, car il était menuisier.

Au bout de neuf mois, il revint chez lui et trouva Marie enceinte.

C’est pourquoi, étant dans la plus grande détresse, il trembla et s’écria : Seigneur Dieu, reçois mon esprit, car il vaut mieux pour moi de mourir que de vivre plus longtemps.

Les vierges qui étaient avec Marie lui dirent: Joseph, que dis-tu? Nous savons qu'aucun homme ne l'a touchée; nous pouvons témoigner qu'elle est encore vierge et intacte. Nous avons veillé sur elle; et elle a toujours continué avec nous dans la prière. Chaque jour les anges de Dieu lui parlent; elle reçoit chaque jour de la nourriture de la main du Seigneur. Nous ne savons pas comment il est possible qu'il y ait quelque péché en elle. Mais si tu veux que nous te disions ce que nous soupçonnons, personne d'autre que l'ange du Seigneur ne l'a mise enceinte.

Alors Joseph dit: Pourquoi m'induisez-vous en erreur, en me faisant croire qu'un ange du Seigneur l'a mise enceinte? Mais il est possible que quelqu'un ait prétendu être un ange du Seigneur et l'ait séduite.

Parlant ainsi, il pleura, et dit: Avec quelle face dois-je comtempler le temple du Seigneur, ou de quelle face pourrais-je regarder les prêtres de Dieu? Que dois-je faire? En disant ainsi, il pensait à fuir, et la renvoyer.

Chapitre 11

Comme il pensait se lever et se cacher, et demeurer dans le secret, voici, dans la nuit même, l’ange du Seigneur lui apparut dans le sommeil, disant: Joseph, toi, fils de David, ne crains pas; reçois Marie comme ta femme; car ce qui est dans son sein est du Saint-Esprit. Elle enfantera un fils, et son nom sera appelé Jésus, car il sauvera son peuple de ses péchés.

Joseph, se levant de son sommeil, rendit grâces à Dieu, et parla à Marie et aux vierges qui étaient avec elle, et leur raconta sa vision.

Et il fut consolé au sujet de Marie, disant: J’ai péché, en ce que je t’ai soupçonné.

Chapitre 12

Après ces choses, il y eut un grand rapport que Mary était enceinte.

Joseph fut saisi par les officiers du temple, et amené avec Marie devant le souverain sacrificateur.

Lui et les sacrificateurs se mirent à lui faire des reproches, et à dire: Pourquoi as-tu séduit une vierge si grande et si glorieuse, qui a été nourrie comme une colombe dans le temple par les anges de Dieu, qui n’a jamais voulu voir ou connaitre  un homme, qui avait la plus excellente connaissance de la loi de Dieu? Si tu ne lui avais pas fait violence, elle serait restée dans sa virginité.

Joseph fit un vœu, et jura qu'il ne l'avait jamais touchée du tout. Et Abiathar, le souverain sacrificateur, lui répondit: Tant que l'Éternel est vivant, je te donnerai à boire de l'eau d'abreuvement de l'Éternel, et aussitôt ton péché apparaîtra.

Alors s’assembla une multitude de gens qui ne pouvaient être comptés, et Marie fut amenée au temple.

Les sacrificateurs, ses proches et ses parents pleurèrent, et dirent à Marie: Confesse tes péchés aux sacrificateurs, toi qui étais comme une colombe dans le temple de Dieu, et qui recevait de la nourriture des mains d’un ange.

Joseph fut de nouveau appelé à l’autel, et l'eau d'abreuvement du Seigneur lui fut donnée à boire.

Quand quelqu’un qui avait menti buvait cette eau, et marchait sept fois autour de l’autel, Dieu avait l’habitude de montrer quelque signe sur son visage. Joseph donc, ayant bu en sécurité, et ayant marché sept fois autour de l’autel, aucun signe de péché ne parut en lui.

Alors tous les sacrificateurs, et les officiers, et le peuple le justifièrent, en disant: Tu es béni, vu qu'aucune accusation n'a été trouvée contre toi.

Ils convoquèrent Marie, et dirent: Et quelle excuse peux-tu avoir? ou quel plus grand signe peut apparaître en toi que la conception de ton ventre, qui te trahit? Nous te demandons seulement cela, puisque Joseph est pur à ton égard, confesses qui est celui qui t’a séduit. Car il vaut mieux que ta confession te trahisse, que la colère de Dieu mette une marque sur ta face et t’expose au milieu du peuple.

Alors Marie dit, fermement et sans trembler: Ô Seigneur Dieu, Roi de tous, qui connais tous les secrets, s'il y a en moi quelque souillure, ou quelque péché, ou quelque mauvais désir, ou impudicité, expose-moi à la vue de tous les peuple, et fais de moi un exemple de châtiment pour tous.

En parlant ainsi, elle monta hardiment à l'autel du Seigneur, but l'eau d'abreuvement du Seigneur, et fit sept fois le tour de l'autel, et aucune tache ne fut trouvée en elle.

Quand tous les gens furent dans le plus grand étonnement, voyant qu'elle était enceinte, et qu'aucun signe n'était apparu sur son visage, ils commencèrent à être troublés entre eux par des déclarations contradictoires: les uns disaient qu'elle était sainte et sans tache, les autres qu'elle était méchante et souillée.

Alors Marie, voyant qu'elle était encore soupçonnée par le peuple, et qu'à cause de cela elle ne leur paraissait pas tout à fait innocentée se fit entendre de tous, en disant d’une voix forte: Comme vit le Seigneur Adonaï, le Seigneur des armées devant qui je me tiens, je n'ai pas connu d'homme; mais je suis connu de Celui à qui depuis mes premières années je me suis dévoué. Et ce vœu que j'ai fait à mon Dieu dès mon enfance, que je devrais rester sans tache en celui qui m'a créé, et j'espère que je vivrai ainsi pour lui seul et que je le servirai seul; et en Lui, tant que je vivrai, je resterai sans souillure.

Alors ils commencèrent tous à lui embrasser les pieds et à embrasser ses genoux, lui demandant de leur pardonner leurs mauvais soupçons.

elle fut conduite dans sa maison avec allégresse et joie par le peuple, les prêtres, et toutes les vierges.

Ils s'écrièrent et dirent: Béni soit le nom de l'Éternel à jamais, car il a manifesté ta sainteté à tout son peuple Israël.

Chapitre 13

Et il arriva peu de temps après, qu’un enrôlement fut fait selon l’édit de César Auguste, que tout le monde devait être enrôlé, chacun dans son lieu natal.
Cette inscription fut faite par Cyrin, le gouverneur de la Syrie, Il était donc nécessaire que Joseph devrait s’inscrire avec la bienheureuse Marie à Bethléem, parce qu’il appartenait à la tribu de Juda, et était de la maison et la famille de David.

Lorsque Joseph et la bienheureuse Marie se mirent donc en route vers Bethléem, Marie dit à Joseph: Je vois devant moi deux peuples, l’un qui pleure et l’autre qui se réjouit.

Joseph répondit: Assieds-toi tranquillement sur ta bête, et ne prononce pas de paroles superflues. Alors apparut devant eux un beau garçon, vêtu de vêtements blancs, qui dit à Joseph: Pourquoi as-tu dit que les paroles que Marie a prononcées au sujet des deux peuples étaient superflues? Car elle a vu le peuple des Juifs pleurer, parce qu'il s'est détourné de son Dieu; et le peuple des Gentils se réjouissant, parce qu'ils ont maintenant été ajoutés et rapprochés du Seigneur, selon ce qu'Il a promis à nos pères Abraham, Isaac et Jacob: car le temps est proche où dans la postérité d'Abraham toutes les nations seront bénies.

Quand il eut dit cela, l’ange ordonna à la bête de se tenir debout, car le moment où elle devait enfanter était proche; et il ordonna à la bienheureuse Marie de descendre de l’animal, et d’aller dans un recoin sous une caverne, dans lequel il n'y avait jamais de lumière, mais toujours des ténèbres, parce que la lumière du jour ne pouvait l'atteindre.

quand la bienheureuse Marie y fut entrée, elle se mit à briller avec autant d'éclat que si c'était la sixième heure du jour.

La lumière de Dieu brillait tellement dans la grotte, que ni le jour ni la nuit ne manquaient de lumière tant que la bienheureuse Marie y était.

Et là, elle enfanta un fils, et les anges l'entourèrent lorsqu'il naquit.

Dès qu'il naquit, il se tint sur ses pieds, et les anges l'adorèrent, disant : Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes de bon plaisir. Or, lorsque la naissance du Seigneur était proche, Joseph était parti chercher des sages-femmes.

Quand il les eut trouvés, il retourna à la caverne, et trouva avec Marie l’enfant qu’elle avait enfanté.

Joseph dit à la bienheureuse Marie: Je t’ai amené deux sages-femmes, Zelomi et Salomé; et elles se tiennent dehors devant l’entrée de la caverne, n’osant pas entrer ici, à cause de l'extrême luminosité.

Quand la bienheureuse Marie entendit cela, elle sourit; et Joseph lui dit: Ne souris pas; mais laisse-les prudemment te visiter, au cas où tu en aurais besoin pour ta guérison.

Puis elle leur a ordonné d’entrer.

Lorsque Zelomi entra, Salomé étant restée dehors, Zelomi dit à Marie: Laisse-moi te toucher.

Et quand elle lui eut permis de faire un examen, la sage-femme s’écria d’une voix forte, et dit: Seigneur, Seigneur tout-puissant, miséricorde sur nous! Il n’a jamais été entendu ni pensé que quelqu’un devrait avoir ses seins pleins de lait, et que la naissance d'un fils devrait montrer que sa mère est vierge. Mais il n'y a eu aucune effusion de sang à sa naissance, aucune douleur à le faire naître.

Une vierge a conçu, une vierge a enfanté et elle reste vierge.

En entendant ces paroles, Salomé dit: Laisse-moi t'examiner, et prouver si Zelomi a dit la vérité.

Et la bienheureuse Marie lui permit de l'examiner.

Quand elle retira sa main après l'avoir examiner, elle se dessécha, et par excès de douleur, elle commença à pleurer amèrement, et à être dans une grande détresse, criant et disant: O Seigneur Dieu, tu sais que je t’ai toujours craint, et que sans récompense je me suis occupé de tous les pauvres; je n’ai rien pris à la veuve et à l’orphelin, et je n’ai pas renvoyé les nécessiteux mains vides.

Voici, je suis rendu malheureuse à cause de mon incrédulité, puisque sans raison j'ai voulu éprouver ta vierge.

Pendant qu'elle parlait ainsi, un jeune homme vêtu de vêtements brillants se tint près d'elle, disant: Va vers l'enfant, adore-le, et touche-le avec ta main, et il te guérira, car il est le Sauveur du monde, et de tous ceux qui espèrent en Lui.

Elle alla vers l'enfant en toute hâte, l'adora, et toucha la frange des vêtements dans lesquels il était enveloppé, et instantanément sa main fut guérie.

Et en sortant, elle se mit à crier à haute voix, et à dire les choses merveilleuses qu’elle avait vues, et ce qu’elle avait souffert, et comment elle avait été guérie; de sorte que beaucoup par ses déclarations crurent.

quelques bergers affirmèrent aussi qu'ils avaient vu des anges chanter un hymne à minuit, louant et bénissant le Dieu des cieux, et disant : Il est né le Sauveur de tous, qui est le Christ le Seigneur, en qui le salut sera ramené à Israël. De plus, une grande étoile, plus grande que toutes celles qui avaient été vues depuis le commencement du monde, brillait au-dessus de la grotte du soir au matin.

Les prophètes qui étaient à Jérusalem dirent que cette étoile indiquait la naissance du Christ, qui devrait restaurer la promesse non seulement à Israël, mais à toutes les nations.

Chapitre 14

Le troisième jour après la naissance de notre Seigneur Jésus-Christ, la très bénie Marie sortit de la caverne, et entrant dans une étable, plaça l'enfant dans la stalle, et le bœuf et l'âne l'adorèrent. Alors s'accomplit ce qui avait été dit par Isaïe, le prophète, disant: Le bœuf connaît son maître, et l'âne la crèche de son maître.

  • Esaie 1:3 "Le boeuf connaît son possesseur, Et l'âne la crèche de son maître"

Donc les animaux mêmes, le bœuf et l'âne, l'ayant au milieu d'eux, l'adoraient incessamment. Alors s'accomplit ce qui avait été dit par le prophète Habacuc, disant: Entre deux animaux tu es rendu manifeste.

La confirmation prophétique de la croyance est que Dieu s'est d'abord revélé dans l'Incarnation, et est désormais connu de l'homme, fut trouvée dans la premiere version grecque du cantique d'Habacuc, un passage biblique de la plus grande importance:

  • Habacuc 3:1-2 "O Seigneur, j'ai entendu ton rapport, et j'ai eu peur: j'ai considéré tes œuvres, et j'ai été émerveillé: au milieu de deux êtres vivants, tu seras connu; quand les années approcheront, tu seras reconnu; quand le moment sera venu, tu seras manifesté; quand mon âme est troublée, dans la colère tu te souviendras de la miséricorde.

Notez que la traduction de la Septante des premiers versets est différente de celle que l'on trouve maintenant dans la Bible hébraïque.

 

Au même endroit, Joseph resta trois jours avec Marie.

Chapitre 15

Le sixième jour, ils entrèrent à Bethléhem, où ils passèrent le septième jour.

Le huitième jour, on circoncit l’enfant, et on l’appela du nom de Jésus; car c’est ainsi que l’ange l’appela par l'ange avant d'être conçu dans le ventre de sa mère.

Après que les jours de la purification de Marie furent accomplis selon la loi de Moïse, alors Joseph emmena l'enfant au temple du Seigneur. Et quand l'enfant eut reçu le parhithomus, c'est-à-dire la circoncision, on lui offrit un couple de tourterelles ou deux jeunes pigeons.

Il y avait dans le temple un homme de Dieu, parfait et juste, nommé Syméon, âgé de cent douze ans.
Il avait reçu la réponse du Seigneur qu'il ne goûterait pas la mort avant d'avoir vu Christ, le Fils de Dieu, vivant dans la chair.

Ayant vu l'enfant, il cria d'une voix forte, disant : Dieu a visité son peuple, et le Seigneur a accompli sa promesse.

Et il s'empressa de L'adorer.

Après cela, il le prit dans son manteau et baisa ses pieds, et dit : Seigneur, maintenant laisse-toi partir en paix, selon ta parole; car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé devant la face de tous les peuples, pour être une lumière pour éclairer les nations, et la gloire de ton peuple d’Israël. 

Il y avait aussi dans le temple du Seigneur, Anna, prophétesse, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser, qui avait vécu avec son mari sept ans depuis sa virginité; et elle était maintenant veuve depuis quatre-vingt-quatre ans.

Elle ne quittait jamais le temple du Seigneur, mais passait son temps à jeûner et à prier. Elle adora aussi l'enfant, disant: En Lui est la rédemption du monde.

Chapitre 16

Lorsque la deuxième année fut passée, les mages vinrent de l’est à Jérusalem, apportant de grands cadeaux.

Ils firent une enquête rigoureuse auprès des Juifs, disant: Où est le roi qui vous est né? car nous avons vu son étoile à l'orient, et nous sommes venus l'adorer.

Le roi Hérode apprit cela, et il fut si alarmé qu’il convoqua les scribes, les pharisiens et les docteurs du peuple, et leur demanda où les prophètes avaient prédit la naissance de Christ.

Ils dirent: A Bethléem de Juda. Car il est écrit: Et toi, Béthéléhem, dans le pays de Juda, tu n'es pas la moindre parmi les princes de Juda; car de toi sortira un chef qui gouvernera mon peuple Israël.

Alors le roi Hérode appela les mages auprès de lui et leur demanda sévèrement quand l'étoile leur apparut.

Puis, les envoyant à Bethléem, il leur dit: Allez faire une enquête rigoureuse sur l'enfant; et quand vous l'aurez trouvé, rapportez-moi un mot, afin que je vienne aussi l'adorer. Et pendant que les mages étaient en chemin, leur apparut l'étoile, qui était pour ainsi dire un guide pour eux, les précédant jusqu'à ce qu'ils arrivèrent à l'endroit où était l'enfant.

Quand les mages virent l'étoile, ils se réjouirent d'une grande joie ; et entrant dans la maison, ils virent l'enfant Jésus assis sur les genoux de sa mère.

Puis ils ouvrirent leurs trésors, et présentèrent de grands cadeaux à la bienheureuse Marie et à Joseph. Et ils offrirent à l’enfant lui-même un morceau d’or à chacun d’eux.

Et de même l'un donna de l'or, un autre de l'encens et le troisième de la myrrhe.

Comme ils allaient retourner vers le roi Hérode, ils furent avertis par un ange dans leur sommeil de ne pas retourner vers Hérode; et ils retournèrent dans leur pays par un autre chemin.

Chapitre 17

Quand Hérode vit qu'il avait été ridiculisé par les mages, son cœur se gonfla de rage, et il envoya par toutes les routes, voulant les saisir et les faire mourir.

Mais comme il ne pouvait les trouver, il envoya de nouveau à Bethléhem et à toutes ses limites, et tua tous les enfants mâles qu’il trouva âgés de deux ans et au-dessous, selon le temps qu’il avait établi des mages. 

Le jour précédent, Joseph fut averti dans son sommeil par l’ange du Seigneur, qui lui dit : Prends Marie et l’enfant, et va en Égypte par le chemin du désert.

Joseph s’en alla, selon la parole de l’ange. 

Chapitre 18

Etant arrivé à une certaine caverne, et voulant s'y reposer, la bienheureuse Marie descendit de sa bête, et s'assit avec l'enfant Jésus dans son sein.

Il y avait avec Joseph trois jeunes garçons, et avec Marie une jeune fille, voyageant avec eux.

Voici que tout à coup, plusieurs dragons sortirent de la caverne; et quand les enfants les virent, ils poussèrent des cris de terreur.

Alors Jésus descendit du sein de sa mère, et se tint sur ses pieds devant les dragons; et ils adorèrent Jésus, puis se retirèrent.

Alors s’accomplit ce qui avait été dit par David, le prophète, disant: Louez le Seigneur de la terre, dragons, dragons, et toutes les profondeurs.

  • Psaumes 148:7 *Louez le SEIGNEUR depuis la terre; vous dragons, et toutes les profondeurs* - La Bible de King James 1611

Alors s'accomplit ce qui avait été dit par David, le prophète, disant: Louez l'Éternel de la terre, dragons ! vous dragons, et vous tous abîmes.

Et le jeune enfant Jésus, marchant devant eux, leur commanda de ne faire de mal à personne.

Or Marie et Joseph avaient très peur que l'enfant ne soit blessé par les dragons.

Et Jésus leur dit: N'ayez pas peur, et ne me considérez pas comme un petit enfant; car JE SUIS et j'ai toujours été parfait; et toutes les bêtes de la forêt doivent être apprivoisées devant moi.

Chapitre 19

Lions et panthères l'adoraient également et les accompagnaient dans le désert.

Partout où Joseph et la bienheureuse Marie allaient, ils allaient devant eux, leur montrant le chemin et inclinant la tête; et montrant leur soumission en remuant la queue, ils l'adoraient avec une grande révérence.

Au début, lorsque Marie vit les lions et les panthères et diverses espèces de bêtes sauvages venir autour d'elles, elle fut saisie d'une très grande peur.

Mais l'enfant Jésus regarda son visage d'un air joyeux, et dit : N'aie pas peur, mère, car ils ne viennent pas pour te faire du mal, mais ils se hâtent de te servir et de me servir. Par ces paroles, il chassa toute crainte de son cœur.

Les lions se promenaient avec eux, avec les boeufs, les ânes et les bêtes de somme qui portaient leurs bagages, et ils ne faisaient pas de mal à un seul d'entre eux, bien qu'ils se tenaient près d'eux; mais ils étaient apprivoisés parmi les brebis et les béliers qu'ils avaient amenés de Judée et qu'ils avaient avec eux.

Ils marchaient au milieu des loups, et ne craignaient rien, et aucun d'eux ne fut blessé par un autre.

Alors s'accomplit ce qui avait été annoncé par le prophète: Les loups paîtront avec les agneaux; le lion et le bœuf mangeront ensemble la paille. 

  • Esaïe 65:25 "Le loup et l'agneau paîtront ensemble, Le lion, comme le boeuf, mangera de la paille, Et le serpent aura la poussière pour nourriture.

  • Marc 1:13 “où il passa quarante jours, tenté par Satan. Il était avec les bêtes sauvages, et les anges le servaient.”

Deux bœufs tiraient ensemble un chariot avec des provisions pour le voyage, et les lions les dirigeaient dans leur chemin.

 

Chapitre 20

Le troisième jour de leur voyage, alors qu'ils marchaient, la bienheureuse Marie fut fatiguée par la chaleur excessive du soleil dans le désert ; et voyant un palmier, elle dit à Joseph: Laisse-moi me reposer un peu à l'ombre de cet arbre. Joseph se hâta donc, la conduisit au palmier, et la fit descendre de sa bête.

Comme la bienheureuse Marie était assise là, elle leva les yeux vers le feuillage du palmier, et le vit plein de fruits, et dit à Joseph: "Je voudrais bien avoir du fruit de ce palmier.

Joseph lui répondit: Je m'étonne que tu dises cela, quand tu vois combien le palmier est haut, et que tu penses à manger de ses fruits. Je pense plutôt au manque d'eau, car les outres sont maintenant vides, et nous n'avons pas de quoi nous rafraîchir, nous et notre bétail.

Alors l'enfant Jésus, d'un air joyeux, reposant dans le sein de sa mère, dit au palmier: O arbre, plie tes branches, et rafraîchis ma mère avec tes fruits. Aussitôt, à ces mots, le palmier plia ses branches jusqu'aux pieds de la bienheureuse Marie, et ils en cueillirent des fruits, dont ils furent tous rafraîchis.

  • Matthieu 21:19 “Voyant un figuier sur le chemin, il s'en approcha; mais il n'y trouva que des feuilles, et il lui dit: Que jamais fruit ne naisse de toi! Et à l'instant le figuier sécha.”

Et après qu'ils eurent cueilli tous ses fruits, il resta courbé, attendant l'ordre de se relever de Celui qui lui avait ordonné de s'abaisser.

Alors Jésus lui dit: Lève-toi, palmier, sois fort, et sois le compagnon de mes arbres, qui sont dans le paradis de mon Père. Ouvre de tes racines une veine d'eau qui était cachée dans la terre, et fais couler les eaux, afin que nous soyons rassasiés par toi.

Il se leva aussitôt, et à sa racine commença à jaillir une source d'eau extrêmement claire, fraîche et pétillante.

Quand ils virent la source d'eau, ils se réjouirent d'une grande joie et furent rassasiés, eux, tout leur bétail et leurs bêtes. C'est pourquoi ils rendirent grâces à Dieu.

Chapitre 21

Le jour suivant, alors qu'ils se mettaient en route, et à l'heure où ils commençaient leur voyage, Jésus se tourna vers le palmier, et dit : Je te donne ce privilège, ô palmier, qu'une de tes branches soit emportée par mes anges, et plantée dans le paradis de mon Père.

Et cette bénédiction, que je te confère, c'est qu'il sera dit de tous ceux qui vaincront dans une épreuve quelconque: " Tu as atteint la palme de la victoire".

  • Apocalypse 7:9 "Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l'agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains."

Et pendant qu'il parlait ainsi, voici qu'un ange du Seigneur apparut, se plaça sur le palmier et, détachant une de ses branches, s'envola vers le ciel, la branche à la main.

A cette vue, ils tombèrent sur leur visage, et devinrent comme morts.

Et Jésus leur dit: Pourquoi vos cœurs sont-ils saisis par la peur? Ne savez-vous pas que cette palme, que j'ai fait transférer au paradis, sera préparée pour tous les saints dans le lieu des délices, comme elle a été préparée pour nous dans ce lieu du désert?

Ils furent remplis de joie, et, fortifiés, ils se levèrent tous.

Chapitre 22

Après cela, comme ils se mettaient en route, Joseph dit à Jésus : Seigneur, c'est une chaleur bouillante ; s'il Te plaît, laisse-nous aller au bord de la mer, afin que nous puissions nous reposer dans les villes de la côte.

Jésus lui dit: Ne crains pas, Joseph; je vais raccourcir le chemin pour vous, afin que ce que vous auriez mis trente jours à parcourir, vous l'accomplissiez en ce jour.

Comme ils parlaient ainsi, voici qu'ils regardèrent en avant, et commencèrent à apercevoir les montagnes et les villes d'Égypte.

Et, dans la joie et l'allégresse, ils arrivèrent dans les régions d'Hermopolis, et entrèrent dans une certaine ville d'Égypte qui s'appelle Sotinen. Comme ils n'y connaissaient personne à qui demander l'hospitalité, ils entrèrent dans un temple qui s'appelait le Capitole d'Égypte.

Dans ce temple, avaient été érigées 355 idoles, à chacune desquelles on rendait, en son jour, des honneurs divins et des rites sacrés.

Les Égyptiens de la même ville entraient dans le Capitole, où les prêtres leur indiquaient combien de sacrifices étaient offerts chaque jour, selon l'honneur que l'on rendait au dieu.

Chapitre 23

Et lorsque la très sainte Marie entra dans le temple avec le petit enfant, toutes les idoles se prosternèrent à terre, de sorte qu'elles étaient toutes couchées sur leur face, brisées et mises en pièces, montrant ainsi clairement qu'elles n'étaient rien.

Alors s'accomplit ce qui avait été dit par le prophète Isaïe: Voici que le Seigneur viendra sur une nuée rapide, il entrera en Égypte, et tout le travail des Égyptiens sera bouleversé en sa présence.

  • Esaïe 19:1 "Oracle sur l'Égypte. Voici, l'Éternel est monté sur une nuée rapide, il vient en Égypte; Et les idoles de l'Égypte tremblent devant lui, Et le coeur des Égyptiens tombe en défaillance.

 

Chapitre 24

Affrodosius, gouverneur de la ville, ayant appris cette nouvelle, se rendit au temple avec toute son armée.

Et les prêtres du temple, voyant Affrodosius avec toute son armée entrer dans le temple, pensèrent qu'il ne se hâtait que pour voir la vengeance exercée sur ceux à cause desquels les dieux étaient tombés.

Mais lorsqu'il entra dans le temple, et qu'il vit tous les dieux prosternés sur leur visage, il s'approcha de la bienheureuse Marie, qui portait le Seigneur dans son sein, et l'adora, et dit à toute son armée et à tous ses amis: Si ce n'était le Dieu de nos dieux, nos dieux ne seraient pas tombés à plat ventre devant lui, et ils ne seraient pas prosternés en sa présence; c'est pourquoi ils confessent en silence qu'il est leur Seigneur. Si donc nous ne prenons pas garde de faire ce que nous avons vu nos dieux faire, nous risquons d'encourir sa colère et d'être tous détruits, comme il arriva à Pharaon, roi des Égyptiens, qui, ne croyant pas à des puissances aussi puissantes, fut noyé dans la mer avec toute son armée.

Alors tous les habitants de cette même ville crurent au Seigneur Dieu par Jésus-Christ.

Chapitre 25

Au bout d'un certain temps, l'ange dit à Joseph: Retourne dans le pays de Juda, car ceux qui cherchaient la vie de l'enfant sont morts.

Chapitre 26

Et il arriva, après que Jésus fut sorti d'Égypte, lorsqu'il était en Galilée, et qu'il entrait dans la quatrième année de son âge, qu'un jour de sabbat, il jouait avec des enfants au bord du Jourdain.

Pendant qu'il était assis là, Jésus se fit sept étangs d'argile, et à chacun d'eux il fit des passages, par lesquels, sur son ordre, il faisait passer l'eau du torrent dans le bassin, et la reprenait.

Alors un de ces enfants, un fils du diable, animé de jalousie, ferma les passages qui alimentaient les bassins en eau, et renversa ce que Jésus avait construit.

Jésus lui dit alors: Malheur à toi, fils de la mort, fils de Satan! Détruis-tu les œuvres que j'ai faites?

Et aussitôt celui qui avait fait cela mourut. Alors, avec un grand tumulte, les parents du garçon mort crièrent contre Marie et Joseph, leur disant: Votre fils a maudit notre fils, et il est mort.

Joseph et Marie, ayant entendu cela, se rendirent aussitôt auprès de Jésus, à cause de la clameur des parents de l'enfant et de l'assemblée des Juifs.

Joseph dit en privé à Marie: Je n'ose pas lui parler; mais toi, fais-lui des remontrances, et dis: Pourquoi as-tu soulevé contre nous la haine du peuple, et pourquoi devons-nous supporter la haine gênante des hommes?

Sa mère, étant venue à Lui, l'interrogea, disant: Mon Seigneur, qu'est-ce qu'il a fait pour provoquer sa mort?

Il répondit: Il a mérité la mort, parce qu'il a dispersé les œuvres que j'avais faites.

Alors sa mère l'interrogea, en disant: N'agis pas ainsi, mon Seigneur, car tous les hommes se soulèvent contre nous.

Et Lui, ne voulant pas peiner sa mère, frappa du pied droit les parties postérieures du garçon mort, et lui dit: Lève-toi, fils d'iniquité, car tu n'es pas digne d'entrer dans le repos de mon Père, parce que tu as détruit les œuvres que j'avais faites.

Alors celui qui était mort se leva, et s'en alla.

Et Jésus, par la parole de sa puissance, fit venir de l'eau dans les bassins par l'aqueduc.

Chapitre 27

Après cela, Jésus prit, aux yeux de tous, de l'argile dans les mares qu'il avait faites, et il en fit douze passereaux.

C'était un jour de sabbat lorsque Jésus fit cela, et il y avait beaucoup d'enfants avec lui.

C'est pourquoi, quand l'un des Juifs, l'ayant vu faire cela, dit à Joseph: Joseph, ne vois-tu pas l'enfant Jésus travailler le jour du sabbat à ce qu'il ne lui est pas permis de faire? car il a fait douze passereaux d'argile.

Joseph, ayant entendu cela, le réprimanda, en disant: Pourquoi fais-tu le jour du sabbat ce qu'il ne nous est pas permis de faire?

Quand Jésus entendit Joseph, il frappa ses mains l'une contre l'autre, et dit à ses passereaux: Volez!

A la voix de son commandement, ils se mirent à voler.

Et à la vue et à l'ouïe de tous ceux qui se trouvaient là, il dit aux oiseaux: Allez, volez sur la terre et dans le monde entier, et vivez.

Quand ceux qui étaient là virent de tels miracles, ils furent remplis d'un grand étonnement.

Les uns le louaient et l'admiraient, les autres l'injuriaient.

Quelques-uns d'entre eux s'en allèrent vers les chefs des prêtres et les chefs des pharisiens, et leur rapportèrent que Jésus, fils de Joseph, avait fait de grands signes et des miracles aux yeux de tout le peuple d'Israël.

Et cela fut rapporté dans les douze tribus d'Israël.

Chapitre 28

Et de nouveau le fils d'Anne, prêtre du temple prêtre du temple, qui était venu avec Joseph, tenant sa verge à la main à la vue de tous, rompit avec une grande fureur les barrages que Jésus avait faits de ses propres mains, et laissa échapper l'eau du torrent qu'il y avait recueillie.

De plus, il ferma l'aqueduc par lequel l'eau arrivait, puis le démolit.

Jésus, voyant cela, dit à ce garçon qui avait détruit Ses barrages : Ô très méchante graine d'iniquité ! Ô fils de la mort ! O atelier de Satan ! En vérité, le fruit de ta semence sera sans force, tes racines sans humidité, et tes branches desséchées, ne portant aucun fruit.

Et aussitôt, aux yeux de tous, le garçon se dessécha et mourut.

Chapitre 29

Alors Joseph, tout tremblant, saisit Jésus, et s'en alla avec lui dans sa maison, et sa mère avec lui.

Et voici que tout à coup, venant de la direction opposée, un garçon, lui aussi ouvrier d'iniquité, accourut et vint se heurter à l'épaule de Jésus, voulant se moquer de lui, ou lui faire du mal, s'il le pouvait.

Jésus lui dit: Tu ne t'en retourneras pas sain et sauf du chemin que tu as pris. Et aussitôt il tomba et mourut.

Les parents du garçon mort, qui avaient vu ce qui était arrivé, s'écrièrent, disant: D'où vient cet enfant? Il est manifeste que toute parole qu'il dit est vraie; et elle s'accomplit souvent avant qu'il ne parle.

Les parents de l'enfant mort vinrent trouver Joseph, et lui dirent: Enlève ce Jésus d'ici, car il ne peut pas vivre avec nous dans cette ville; ou du moins apprends-lui à bénir et non à maudire.

Joseph s'approcha de Jésus, et le réprimanda, disant: Pourquoi fais-tu de telles choses? Car déjà beaucoup sont dans la douleur et contre toi, et nous haïssent à cause de toi, et nous subissons les outrages des hommes à cause de toi.

Jésus répondit et dit à Joseph: Nul n'est un fils sage que celui que son père a enseigné, selon la connaissance de ce temps; et la malédiction d'un père ne peut faire de mal qu'aux méchants.

Alors ils s'assemblèrent contre Jésus, et l'accusèrent devant Joseph. A cette vue, Joseph fut saisi d'une grande terreur, craignant la violence et le tumulte du peuple d'Israël.

A la même heure, Jésus saisit l'enfant mort par l'oreille, et le souleva de terre à la vue de tous; et ils virent Jésus lui parler comme un père à son fils. Son esprit revint à lui, et il revint à la vie.

Et tous étaient dans l'étonnement.

Chapitre 30

Or un maître d'école juif, nommé Zachée, entendit Jésus parler ainsi ; et voyant qu'il ne pouvait être vaincu, par la connaissance de la puissance qui était en lui, il se mit en colère, et se mit à parler grossièrement et bêtement, et sans crainte, contre Joseph.

Il dit: Ne veux-tu pas me confier ton fils, afin qu'il soit instruit dans le savoir humain et dans la révérence? Mais je vois que Marie et toi-même avez plus d'estime pour votre fils que pour ce que disent contre lui les anciens du peuple d'Israël. Vous auriez dû nous faire plus d'honneur, à nous, les anciens de toute l'Église d'Israël, afin qu'il soit dans des conditions d'affection mutuelle avec les enfants, et qu'il soit instruit parmi nous dans le savoir juif.

Joseph, de son côté, lui dit : Y a-t-il quelqu'un qui puisse garder cet enfant et l'instruire? Mais si tu peux le garder et l'enseigner, nous ne nous opposons nullement à ce qu'il reçoive de toi l'enseignement des choses qui sont apprises par tous

Jésus, ayant entendu ce que Zachée avait dit, lui répondit et lui dit: Les préceptes de la loi dont tu viens de parler, et toutes les choses que tu as nommées, doivent être observés par ceux qui sont instruits dans le savoir humain; mais moi, je suis étranger à vos tribunaux, parce que je n'ai pas de père selon la chair. Toi, qui lis la loi et qui en es instruit, reste dans la loi ; mais moi, j'étais avant la loi. Puisque tu penses que personne ne t'égale en savoir, tu seras instruit par moi, car nul autre ne peut enseigner autre chose que ce que tu as nommé. Mais celui-là seul qui en est digne peut le faire. Lorsque je serai élevé sur la terre, je ferai cesser toute mention de ta généalogie. Car tu ne sais pas quand tu es né, Moi seul sais quand tu es né, et combien de temps durera ta vie sur la terre.

Alors tous ceux qui entendirent ces paroles furent frappés d'étonnement, et s'écrièrent: Oh! oh! oh! ce mystère glorieusement grand et merveilleux. Jamais nous n'en avons entendu de semblable! Jamais cela n'a été entendu de la bouche de personne d'autre, ni de la part des prophètes, ni de la part des pharisiens, ni de la part des scribes. Nous savons d'où il est sorti, et il a à peine cinq ans; et d'où vient qu'il prononce de telles paroles?

Les pharisiens répondirent : Nous n'avons jamais entendu prononcer de telles paroles par aucun autre enfant si jeune.

Jésus répondit et leur dit: Cela vous étonne-t-il que de telles choses soient dites par un enfant? Pourquoi donc ne me croyez-vous pas dans ce que je vous ai dit?

Vous vous étonnez tous parce que je vous ai dit que je sais quand vous êtes nés. Je vous dirai de plus grandes choses, afin que vous vous posiez davantage de questions. J'ai vu Abraham, que vous appelez votre père, je lui ai parlé, et il m'a vu. 

Quand ils entendirent cela, ils se turent et aucun d'eux n'osa parler.

Jésus leur dit: J'ai été parmi vous avec des enfants, et vous ne m'avez pas connu; je vous ai parlé comme à des sages, et vous n'avez pas compris mes paroles; parce que vous êtes plus jeunes que moi, et de peu de foi.

 

Chapitre 31

Une seconde fois le maître Zachée, docteur de la loi, dit à Joseph et à Marie: Donnez-moi l'enfant, et je le remettrai au maître Lévi, qui lui apprendra ses lettres et l'instruira.

Alors Joseph et Marie, apaisant Jésus, le conduisirent aux écoles, afin que le vieux Lévi lui enseigne ses lettres. Et dès qu'il y fut entré, il tint sa langue.
Le maître Lévi dit une lettre à Jésus, et, commençant par la première lettre Aleph, il lui dit: Réponds.

Mais Jésus se tut, et ne répondit rien.

Alors le maître Lévi se mit en colère, saisit sa baguette de storax, et le frappa sur la tête.

Jésus dit au maître Lévi: Pourquoi me frappes-tu? Tu sauras en vérité que celui qui est frappé peut enseigner à celui qui le frappe plus qu'il ne peut être enseigné par lui. Car je peux t'enseigner ces choses mêmes que tu dis. Mais tous ceux-là sont des aveugles qui parlent et entendent, comme l'airain qui qui résonne ou des cymbales qui percutent, dans lesquels il n'y a aucune perception des choses qui sont signifiées par leur son. Toute lettre, depuis Aleph jusqu'à Thet, est connue par sa disposition.

Et Jésus dit en outre à Zachée: Chaque lettre depuis Aleph jusqu'à Thet est connue par sa disposition. Dis donc d'abord ce qu'est Thét, et je te dirai ce qu'est Aleph.

De nouveau Jésus leur dit: Ceux qui ne connaissent pas Aleph, comment peuvent-ils dire Thet, les hypocrites! Dites-moi ce qu'est la première lettre, Aleph, et je vous croirai quand vous aurez dit Beth.

Jésus se mit à demander le nom des lettres une à une, et dit: Que le maître de la loi nous dise quelle est la première lettre, ou pourquoi elle a plusieurs triangles, gradée, subaiguë, médiate, obduite, produite, dressée, prostrée, courbée.

Alors il se mit à crier, au milieu de tous, et à dire: Un tel homme devrait-il vivre sur la terre? Oui, il devrait être pendu à la grande croix. Car il peut éteindre le feu, et se moquer des autres modes de punition. Je pense qu'il a vécu avant le déluge, et qu'il est né avant le déluge. Car quel ventre l'a porté? ou quelle mère l'a mis au monde? ou quelles mamelles l'ont allaité? Je fuis devant lui; je ne peut pas résister aux paroles qui sortent de sa bouche, mais mon cœur est stupéfait d'entendre de telles paroles. Je ne pense pas qu'un homme puisse comprendre ce qu'il dit, si Dieu n'était avec lui. Et moi, malheureux, je me suis livré à lui pour être la risée de tous. Car quand je croyais avoir un savant, ne le connaissant pas, j'ai trouvé mon maître. Que dois-je dire? Je ne puis résister aux paroles de cet enfant. Je vais maintenant fuir cette ville, car je ne peux les comprendre. Un vieil homme comme moi a été battu par un garçon, car je ne trouve ni début ni fin à ce qu'il dit. Car il n'est pas facile de trouver un commencement de lui-même. Je vous dis avec certitude, je ne mens pas, qu'à mes yeux les procédés de ce garçon, le commencement de sa conversation, et le résultat de son intention, semblent n'avoir rien de commun avec l'homme mortel. Je ne sais donc pas s'il est un sorcier ou un dieu, ou si du moins un ange de Dieu parle en lui. D'où il est, d'où il vient, et qui il sera, je ne le sais pas.

Alors Jésus, lui souriant d'un air joyeux, dit d'une voix autoritaire à tous les fils d'Israël qui se tenaient là et qui l'entendaient: Que les infructueux portent du fruit, que les aveugles voient, que les boiteux marchent droit, et que les pauvres jouissent de la bonnes choses de cette vie, et les morts vivent, afin que chacun puisse retourner à son état originel, et demeurer en Celui qui est la racine de la vie et de la douceur perpétuelle.

Quand l'enfant Jésus eut dit cela, aussitôt tous ceux qui étaient tombés sous le coup de maladies malignes furent rétablis.

Et ils n'osèrent plus rien lui dire, ni rien entendre de lui.

Chapitre 32

Après cela, Joseph et Marie partirent de là avec Jésus pour la ville de Nazareth, et il y resta avec ses parents.

Le premier jour de la semaine, comme Jésus jouait avec les enfants sur le toit d'une maison, il arriva qu'un des enfants en poussa un autre du toit jusqu'à terre, et il fut tué.

Les parents du garçon mort, qui n'avaient pas vu toute la scène, crièrent contre Joseph et Marie, disant: Votre fils a jeté notre fils à terre, et il est mort. Mais Jésus garda le silence et ne leur répondit rien.

Joseph et Marie s'approchèrent en hâte de Jésus, et sa mère l'interrogea, disant: Mon seigneur, dis-moi si c'est toi qui l'as jeté à terre.

Aussitôt Jésus descendit du toit à terre, et appela l'enfant par son nom, Zénon.

Il lui répondit: Monseigneur.

Jésus lui dit: Est-ce moi qui t'ai jeté du toit à terre ?

Il répondit: Non, mon seigneur.

Les parents de l'enfant qui était mort furent dans l'étonnement, et ils honorèrent Jésus pour le miracle qui s'était accompli.

De là, Joseph et Marie partirent avec Jésus pour Jéricho.

Chapitre 33

Jésus avait six ans, et sa mère l'envoya avec une cruche à la fontaine pour puiser de l'eau avec les enfants.

Il arriva, après qu'il eut puisé de l'eau, qu'un des enfants vint contre lui, frappa la cruche et la brisa.

Mais Jésus étendit le manteau qu'il portait, prit dans son manteau autant d'eau qu'il y en avait dans la cruche, et la porta à sa mère.

Celle-ci, voyant cela, s'étonna, réfléchit en elle-même et garda toutes ces choses dans son cœur.

Chapitre 34

De nouveau, un certain jour, il sortit dans le champ, et prit un peu de blé de la grange de sa mère, et le sema lui-même.

Le ble poussa, grandit et se multiplia extrêmement.

Enfin, Il le moissonna Lui-même et en recueillit comme produit trois kors, qu'Il donna à Ses nombreuses connaissances.

Chapitre 35

Il y a un chemin qui sort de Jéricho et conduit au fleuve du Jourdain, à l'endroit où les enfants d'Israël l'ont traversé; et là, dit-on, l'arche de l'alliance s'est arrêtée.

Jésus, âgé de huit ans, sortit de Jéricho et se dirigea vers le Jourdain.

Or, il y avait au bord du chemin, près de la rive du Jourdain, une caverne où une lionne allaitait ses petits ; et personne n'était en sûreté de marcher par là. Jésus donc, venant de Jéricho, et sachant que dans cette caverne la lionne allaitait ses petits, y entra à la vue de tous.

Et quand les lions virent Jésus, ils coururent à sa rencontre, et l'adorèrent.

Jésus s'étant assis dans la caverne, les lionceaux couraient çà et là autour de ses pieds, se pâmant devant lui et s'amusant.

Les lions plus âgés, avec leurs têtes inclinées, se tenaient à l'écart, l'adoraient et le couvraient de leurs queues.

Alors le peuple qui se tenait au loin, ne voyant pas Jésus, dirent: Si lui ou ses parents n'avaient pas commis de péchés graves, il ne se serait pas offert de lui-même aux lions.

Et pendant que le peuple réfléchissait ainsi en lui-même, et qu'il était plongé dans une grande tristesse, voici que tout à coup, à la vue du peuple, Jésus sortit de la caverne, Les lions allaient devant lui, et les lionceaux jouaient les uns avec les autres devant ses pieds.

Les parents de Jésus se tenaient à distance, la tête baissée, et regardaient; de même aussi le peuple se tenait à distance, à cause des lions ; car ils n'osaient pas s'approcher d'eux.

Alors Jésus se mit à dire au peuple: "Combien les bêtes valent mieux que vous, puisqu'elles reconnaissent leur Seigneur et le glorifient, tandis que vous, les hommes, qui avez été faits à l'image et à la ressemblance de Dieu, vous ne le connaissez pas! Les bêtes me connaissent et se laissent apprivoiser; les hommes me voient et ne me reconnaissent pas.

Chapitre 36

Après cela, Jésus traversa le Jourdain, à la vue de tous, avec les lions. L'eau du Jourdain se divisa à droite et à gauche. 

Puis il dit aux lions, à la vue de tous: Allez en paix, et ne faites de mal à personne; mais que personne ne vous fasse de mal, jusqu'à ce que vous retourniez au lieu d'où vous êtes sortis.

Et eux, lui faisant leurs adieux, non seulement avec leurs gestes mais avec leurs voix, s'en allèrent chez eux.

Puis, Jésus retourna auprès de sa mère.

 

Chapitre 37

Joseph était charpentier, et il ne faisait rien d'autre en bois que des jougs, des charrues, des instruments de labour, et des lits de bois.

Or, un jeune homme lui commanda de lui faire un lit de six coudées de long (3.20 mètres).

Joseph ordonna à son serviteur de couper le bois avec une scie de fer, selon la mesure qu'il avait envoyée.

Mais il ne respecta pas la mesure prescrite, et fit une pièce de bois plus courte que l'autre. Joseph, perplexe, se mit à réfléchir à ce qu'il devait faire.

Jésus, le voyant dans cet état de cogitation, voyant que c'était pour lui une chose impossible, lui adresse des paroles de consolation, disant: Viens, saisissons les extrémités des pièces de bois, assemblons-les bout à bout, ajustons-les exactement l'une à l'autre, et tirons les vers nous, car nous pourrons les rendre égales.

Alors Joseph fit ce qui lui était demandé, car il savait qu'il pouvait faire tout ce qu'il voulait.

Joseph saisit les extrémités des pièces de bois, et les rapprocha contre le mur à côté de lui, et Jésus saisit les autres extrémités des pièces de bois, et attira à Lui la pièce la plus courte, et la rendit de même longueur que la plus longue.

Il dit à Joseph: Va travailler, et fais ce que tu as promis de faire.

Et Joseph fit ce qu'il avait promis.

Chapitre 38

Une seconde fois, Joseph et Marie furent priés par le peuple de faire apprendre à Jésus ses lettres à l'école.

Ils ne s'y refusèrent pas et, selon l'ordre des anciens, ils le conduisirent chez un maître pour qu'il l'instruise dans le savoir humain.

Alors le maître se mit à l'instruire d'un ton impérieux, disant: Dis Alpha.

Jésus lui dit: Dis-moi d'abord ce qu'est Betha, et je te dirai ce qu'est Alpha.

Sur ce, le maître se mit en colère et frappa Jésus; et à peine l'avait-il frappé qu'il tomba mort.

Et Jésus retourna chez sa mère.

Joseph, effrayé, appela Marie auprès de lui et lui dit: Sache en vérité que mon âme est triste jusqu'à la mort à cause de cet enfant. Car il est très probable qu'un jour ou l'autre quelqu'un le frappera par malveillance, et qu'il mourra.

Mais Marie répondit et dit: Ô homme de Dieu, ne crois pas que cela soit possible. Tu peux croire avec certitude que Celui qui l'a envoyé naître parmi les hommes le gardera Lui-même de tout malheur, et le préservera en Son propre nom du mal.

Chapitre 39

Les Juifs demandèrent une troisième fois à Marie et à Joseph de le convaincre d'aller voir un autre maître pour apprendre.

Joseph et Marie, craignant le peuple, les excès des princes et les menaces des prêtres, le conduisirent de nouveau à l'école, sachant qu'il ne pouvait rien apprendre de l'homme, car il n'avait la connaissance parfaite que de Dieu seul.

Quand Jésus fut entré dans l'école, conduit par le Saint-Esprit, il prit le livre de la main du maître qui enseignait la loi, et, à la vue et à l'ouïe de tout le peuple, il se mit à lire, non pas en effet ce qui était écrit dans leur livre; mais il parlait dans l'Esprit du Dieu vivant, comme si un courant d'eau jaillissait d'une fontaine vive, et que la fontaine restât toujours pleine.

Et avec une telle puissance, il enseignait au peuple les grandes choses du Dieu vivant, que le maître lui-même tomba à terre et l'adora.

Le cœur du peuple, qui était assis et l'entendait dire de telles choses, se transforma en étonnement.

Joseph, ayant appris cela, accourut auprès de Jésus, craignant que le maître ne fût mort.

Et quand le maître le vit, il lui dit: Tu ne m'as pas donné un savant, mais un maître; et qui peut résister à ses paroles?

Alors s'accomplit ce qu'avait dit le psalmiste: Le fleuve de Dieu est plein d'eau; Tu leur as préparé du blé, car c'est ainsi qu'on en dispose.

  • Psaumes 65:9 "Le ruisseau de Dieu est plein d'eau; Tu prépares le blé, quand tu la fertilises ainsi."

Chapitre 40

Après ces choses, Joseph partit de là avec Marie et Jésus pour aller à Capharnaüm, au bord de la mer, à cause de la malice de ses adversaires.

quand Jésus vivait à Capharnaüm, il y avait dans la ville un homme nommé Joseph, extrêmement riche. Mais il avait dépéri sous l'effet de son infirmité, mourut, et gisait mort dans sa couche..

Jésus entendit dans la ville les gens qui s'endeuillaient, pleuraient et se lamentaient sur le mort, et il dit à Joseph: Pourquoi n'accordes-tu pas le bénéfice de ta faveur à cet homme, puisqu'il est appelé par ton nom?

Joseph lui répondit: Comment aurais-je le pouvoir ou la capacité de lui accorder un bienfait?

Jésus lui dit: Prends le mouchoir qui est sur ta tête, va le mettre sur le visage du mort, et dis-lui: Christ te guérit; et aussitôt le mort sera guéri, et se relèvera de sa couche.

Joseph, ayant entendu cela, s'éloigna sur l'ordre de Jésus, courut, entra dans la maison du mort, mit le mouchoir qu'il portait sur sa tête sur le visage de celui qui était couché sur le lit, et dit : Jésus te guérit.

Aussitôt le mort se leva de sa couche, et demanda qui était Jésus.

Chapitre 41

Ils quitterent Capharnaüm pour aller dans la ville qui s'appelle Bethléem. Joseph habitait avec Marie dans sa maison, et Jésus avec eux.

Un jour, Joseph appela auprès de lui son fils aîné Jacques, et l'envoya au potager pour y cueillir des légumes afin de faire un bouillon.

Jésus suivit son frère Jacques dans le jardin; mais Joseph et Marie ne le savaient pas.

Pendant que Jacques ramassait les légumes, une vipère sortit soudain d'un trou et lui mordit la main. Il se mit à crier de douleur.

Et, s'épuisant, il dit, avec un cri amer: Hélas! hélas! une vipère maudite a mordu ma main.

Jésus, qui se tenait en face de lui, à ce cri amer, courut vers Jacques, et saisit sa main; et tout ce qu'il fit fut de souffler sur la main de Jacques et de la refroidir: et aussitôt Jacques fut guéri, et le serpent mourut.

Joseph et Marie ne savaient pas ce qui s'était passé; mais au cri de Jacques et à l'ordre de Jésus, ils coururent au jardin, et trouvèrent le serpent déjà mort, et Jacques tout à fait guéri.

Chapitre 42

Joseph étant venu à un festin avec ses fils, Jacques, Josetos (Joseph) et Juda, et Syméon et ses deux filles, Jésus vint à leur rencontre, avec Marie, sa mère, et sa sœur Marie de Cléophas, que le Seigneur Dieu avait donnée à son père Cléophas et à sa mère Anne, parce qu'ils avaient offert au Seigneur Marie, la mère de Jésus.

Et elle fut appelée du même nom, Marie, pour la consolation de ses parents.

Quand ils furent réunis, Jésus les sanctifia et les bénit, et il fut le premier à commencer à manger et à boire, car aucun d'eux n'osait manger ou boire, ni se mettre à table, ni rompre le pain, avant qu'il ne les eût sanctifiés et ne l'eût fait le premier.

Lorsqu'Il était absent, ils attendaient qu'il le fasse. Et quand Il ne voulait pas venir se rafraîchir, ni Joseph, ni Marie, ni les fils de Joseph, Ses frères, ne venaient.

En effet, ces frères, tenant sa vie comme une lampe devant leurs yeux, l'observaient et le craignaient. Et quand Jésus dormait, de jour ou de nuit, la clarté de Dieu brillait sur lui. A lui appartiennent toute louange et toute gloire dans les siècles des siècles.

 

Amen, amen.

69bbff12b6a2d7c42bb2598c76a7554c-swirly-floral-ornament-divider-3-by-vexels.png

 

LE PROTO-ÉVANGÉLIUM DE JACQUES

La première version appelee L’Évangile de Jacques, aussi connu comme l’Évangile de l’enfance de Jacques ou le Protoévangélium de Jacques, est un Évangile apocryphe écrit vers 150 C.E. L’Evangile est le premier document survivant attestant la vénération de Marie en déclarant sa virginité perpétuelle et en la présentant comme la Nouvelle Eve. Le texte datant du quatorzième siècle fut mis au jour en 1832 et conservé à la bibliothèque du roi, à Paris. Les chapitres 1 a 17 qui sont consacrée à l'histoire de la Sainte Vierge sont relatés par l'apôtre saint Jacques le Mineur aussi appelé Jacques l'Hébreu, à qui l’on a également attribué le Proto-évangile (premier évangile) qui rend compte des événements qui précédèrent immédiatement la prédication de la religion chrétienne. Il fut évêque de Jérusalem; et les Juifs le mirent à mort en l'an 61 de notre ère. Le texte qui contient 48 chapitres qui relatent le récit de la nativité de Marie et l'enfance de Jésus-Christ fut transcrit par Thilo. Plusieurs manuscrits modernes ont été conservé dans les bibliothèques de Cambridge, l'Angleterre et l'Italie. Ici est le texte en language moderne. L'ouvrage se termine brusquement ce qui porte a croire que nous ne possédons qu'un fragment d'une composition plus étendue. 

 

Luc 1:1-80

Chapitre 1

1. Dans les annales des douze tribus d’Israël était Joachim, un homme extrêmement riche.

2. Il apportait ses offrandes en double, disant:

3. Il y aura de la surabondance pour tout le peuple, et il y aura l’offrande pour mon pardon à l’Éternel pour ma propitiation.

4. Comme la fête de la Dédicace approchait, les fils d’Israël apportaient leurs offrandes.

5. Rubim se tint devant lui, et dit: Il ne t'est pas convenable d’apporter d’abord tes offrandes, parce que tu n’as pas eu de semence en Israël.

6. Joachim fut extrêmement attristé, et s’en alla aux registres des douze tribus du peuple, disant: Je vais vérifier les registres des douze tribus d’Israël, pour savoir si moi seul n’ai pas eu de semence à Israël.

7. Il chercha, et trouva que tous les justes avaient suscité de la semence à Israël.

8. Il rappela à l’esprit le patriarche Abraham, que dans le dernier jour Dieu lui avait donné un fils Isaac.

9. Joachim fut extrêmement attristé, et ne vint pas en la présence de sa femme; mais il se retira dans le désert.

10.Là, il dressa sa tente, et jeûna quarante jours et quarante nuits, disant en lui-même:

11. Je ne descendrai ni pour manger ni pour boire, jusqu’à ce que l’Éternel, mon Dieu, me regarde, et que la prière soit ma nourriture et ma boisson.

 

Chapitre 2

1. Sa femme Anna pleura dans deux deuil, et se lamenta dans deux lamentations, disant: Je pleurerai mon veuvage, et je pleurerai ma stérilité.

2. La fête de la Dédicace était proche;

3. et Judith sa servante dit: Combien de temps vas-tu humilier ton âme? Voici, le grand jour du Seigneur est proche, et il est illégal pour toi de pleurer.

4. Mais prend ce bandeau que m’a donné la femme qui l’a fait, car il n’est pas convenable que je le porte, parce que je suis servante et qu’il a une apparence royale.

5. Anna dit: Retire-toi de moi, car je n’ai pas fait de telles choses, pour que le Seigneur me rabaisse. Je crains qu’un homme méchant te l'ai donné, et tu soit venu me faire participer à ton péché.

6. Judith dit: Pourquoi voudrais-je te maudire, alors que le Seigneur a fermé ton ventre, afin de ne pas te donner de progéniture en Israël?

7. Anna fut extrêmement attristée. Elle ôta ses vêtements de deuil, lava sa tête, et mit ses vêtements de noces.

8. À environ la 9ème heure, elle descendit au jardin pour marcher.

9. Elle vit un laurier, s’assit sous lui, et pria le Seigneur, disant: ô Dieu de nos pères, bénis-moi et entends ma prière, comme tu as béni le sein de Sarah, et lui a donné un fils Isaac.

 

Chapitre 3

1. Regardant vers le ciel, elle vit un nid de moineau dans le laurier et se lamenta en elle-même, disant:

2. Hélas! qui m’a engendré? et quel ventre m’a produit?

3. Parce que je suis devenu une malédiction en présence des fils d’Israël, et j’ai été insulté, et ils m’ont chassé dans la dérision du temple du Seigneur.

4. Hélas! à quoi ai-je été comparé? Je ne suis pas comme les oiseaux du ciel, parce que même les oiseaux du ciel sont productifs devant toi, ô Seigneur.

5. Hélas! à quoi ai-je été comparé? Je ne suis pas comme les animaux domestiques, parce que même les animaux domestiques sont productifs devant toi, ô Seigneur.

6. Hélas! à quoi ai-je été comparé? Je ne suis pas comme les bêtes sauvages, parce que même les bêtes sauvages sont productives devant toi, ô Seigneur.

7. Hélas! à quoi ai-je été comparé? Je ne suis pas comme ces eaux, parce que même ces eaux sont productives devant toi, ô Seigneur.

8. Hélas! à quoi ai-je été comparé? Je ne suis pas comme cette terre, parce que même la terre produit ses fruits en saison, et te bénis, ô Seigneur.

 

Chapitre 4

1. Voici, un ange du Seigneur se tenait là, disant: Anna, Anna, le Seigneur a entendu ta prière. tu deviendras enceinte et tu enfanteras. Ta postérité sera annoncée dans le monde entier.

2. Anna dit: Comme le Seigneur, mon Dieu, vit, si j’engendre un homme ou une femme, je l’apporterai comme un don à l’Éternel, mon Dieu; et il lui servira dans les choses saintes tous les jours de sa vie.

3. Voici deux anges vinrent lui dire: Ton mari Joachim reviendra avec ses troupeaux.

4. Car un ange de l’Éternel est descendu vers lui, et lui a dit: —Joachim, Joachim, l’Éternel, a entendu ta prière.

5. Immédiatement, Joachim descendit et appela ses bergers, disant: Amenez-moi ici dix agneaux sans tache ni défaut, et ils seront pour l’Éternel, mon Dieu.

6. Apportez-moi douze veaux tendres, et ils seront pour les sacrificateurs et les anciens

7. Et cent boucs pour tout le peuple.

8. Voici que Joachim vint avec ses troupeaux.

9. Anna se tenait près de la porte, et vit venir Joachim, elle courut se pendre à son cou, disant: Maintenant, je sais que le Seigneur Dieu m’a béni excessivement; car voici, la veuve n’est plus veuve, et celle qui n’a pas d’enfants concevra.

10.Et Joachim se reposa le premier jour dans sa maison.

 

Chapitre 5

1. Le jour suivant, il apporta ses offrandes, disant en lui-même: Si le Seigneur Dieu m’a rendu grâce, la plaque sur le front du prêtre me le rendra manifeste.

2. Joachim apporta ses offrandes, et il observa attentivement la plaque du sacrificateur lorsqu’il montait à l’autel de l’Éternel, et il ne vit pas de péché en lui-même.

3. Joachim dit: Maintenant, je sais que le Seigneur m’a fait grâce, et a pardonné tous mes péchés.

4. Il descendit du temple de l’Éternel justifié, et s’en alla dans sa maison.

5. Ses mois étant accomplis, dans le 9ème mois Anna enfanta. Elle demanda à la sage-femme: Qu’ai-je enfanté?

6. Elle lui dit: Une fille.

7. Anne dit: Mon âme a été magnifiée ce jour. Et elle allongea son enfant sur le lit.

8. Les jours étant accomplis, Anna fut purifiée, donna le sein à l’enfant, et l’appela du nom de Marie.

 

Chapitre 6

1. L’enfant grandissait de jour en jour.

2. Quand elle eut six mois, sa mère la mit à terre pour voir si elle pouvait se tenir debout. L’enfant marcha sept pas et vint dans son sein.

3. Sa mère la souleva, disant: Comme le Seigneur mon Dieu vit, tu ne marcheras pas sur cette terre jusqu’à ce que je te conduise dans le temple du Seigneur.

4. Elle fit un sanctuaire dans sa chambre à coucher, et ne laissa passer par elle rien de souillé ni d’impur.

5. Elle appela les filles vierges des Hébreux, et elles la gardaient.

6. A l’âge d’un an, Joachim fit une grande fête et invita les sacrificateurs, les scribes, les anciens et tout le peuple d’Israël.

7. Joachim amena l’enfant aux sacrificateurs; et ils la bénirent en disant: Ô Dieu de nos pères, bénis cet enfant, et donne-lui un nom éternel à nommer dans toutes les générations.

8. Et tout le peuple dit: Ainsi soit-il, ainsi soit-il, amen.

9. Ensuite, il la conduit vers les principaux sacrificateurs; et ils la bénirent en disant: Ô Dieu Très-haut, regarde cet enfant, et bénis-la avec la plus grande bénédiction qui sera éternelle.

10. Sa mère la prit, l’amena dans le sanctuaire de sa chambre, et l’allaita.

11. Et Anna chanta au Seigneur Dieu, disant: Je chanterai un cantique au Seigneur, mon Dieu, car il m’a regardé et a ôté l’opprobre de mes ennemis.

12. Et le Seigneur a donné le fruit de sa justice, unique en son genre, et richement doué devant lui.

13. Qui dira aux fils de Ruben qu’Anna allaite? Écoutez, écoutez, douze tribus d’Israël, qu’Anna allaite.

14. Elle la coucha dans le lit du sanctuaire, et sortit pour les servir.

15. Et quand le souper fut terminé, ils descendirent en se réjouissant et en glorifiant le Dieu d’Israël.

 

Chapitre 7

1. Les mois s’ajoutèrent à l’enfant. Elle était âgée de deux ans, quand Joachim dit: Emmenons-la au temple du Seigneur, afin que nous honorions le vœu que nous avons fait, de peur que le Seigneur ne nous envoie et que notre offrande ne soit pas reçue.

2. Anna dit: Attendons la troisième année, afin que l’enfant ne cherche ni père ni mère.

3. Joachim dit: Alors attendons.

4. L’enfant était âgé de trois ans, et Joachim dit: Invite les filles vierges des Hébreux.

5. Qu’elles prennent chacune une lampe, et qu'elles se tiennent debout avec les lampes allumées, afin que l’enfant ne puisse pas se retourner, et que son cœur soit captivé par le temple du Seigneur.

6. Ils firent ainsi jusqu’à ce qu’ils montèrent dans le temple du Seigneur.

7. Le sacrificateur la reçut, l’embrassa, et la bénit, en disant: L’Éternel a glorifié ton nom de génération en génération.

8. En toi, à la fin des jours, le Seigneur manifestera Sa rédemption aux fils d’Israël.

9. Il la déposa sur le troisième pas de l’autel, et le Seigneur Dieu envoya la grâce sur elle.

10. Et elle dansa triomphalement sur ses pieds, et toute la maison d’Israël l’aima.

 

Chapitre 8

1. Ses parents partirent, émerveillés et louant le Seigneur Dieu, parce que l'enfant ne s'était pas retourné.

2. Marie était dans le temple du Seigneur comme une colombe qui y habitait, et elle recevait la nourriture de la main d’un ange.

3. Quand elle atteignit l'âge de douze ans, un conseil des prêtres fut tenu, disant:

4. Voici, Marie a atteint l’âge de douze ans dans le temple du Seigneur. Que ferons-nous donc d’elle dans l'éventualité où elle souillerait le sanctuaire du Seigneur?

5. Ils dirent au souverain sacrificateur: Tiens-toi près de l’autel de l’Éternel; entre, et prie à son sujet; et tout ce que l’Éternel te manifestera, nous le ferons aussi.

6. Le souverain sacrificateur entra, revêtu du vêtement de l'éphod avec les douze cloches dans le saint des saints; et il pria à ce sujet.

7. Voici, un ange du Seigneur se tint à ses côtés, et lui dit: Zacharie, Zacharie, sors et rassemble les veufs du peuple, et que chacun apporte un bâton.

8. Et à quiconque le Seigneur montrera un signe, elle sera sa femme.

9. Les hérauts firent le tour de la Judée, et la trompette de l'Éternel sonna et tous coururent.

Chapitre 9

1. Joseph, jetant sa hache, sortit à leur rencontre.

2. Quand ils furent assemblés, ils allèrent vers le souverain sacrificateur, prenant avec eux leurs bâtons.

3. Lui, prenant les bâtons de tous, entra dans le temple, et pria.

4. Ayant achevé sa prière, il prit les bâtons et sortit.

5. Il les leur remit, mais il n’y avait aucun signe en elles. Joseph prit son bâtonnet en dernier.

6. Et voici, une colombe sortit du bâton, et vola sur la tête de Joseph.

7. Le sacrificateur dit à Joseph: Tu as été choisi par le sort pour prendre soin de la Vierge du Seigneur.

8. Mais Joseph refusa, disant: J’ai des enfants, et je suis un vieil homme, et elle est une jeune fille. J’ai peur de devenir la risée des fils d’Israël.

9. Le sacrificateur dit à Joseph: Crains l’Éternel, ton Dieu, et souviens-toi de ce que l’Éternel fit à Dathan, à Abiram et à Koré; comment la terre s’est ouverte, et ils ont été engloutis à cause de leur contradiction.

10. Et maintenant, ô Joseph, que les mêmes choses n'arrivent pas dans ta maison.

11. Joseph eut peur, et la prit sous sa garde.

12. Joseph dit à Marie: Voici, je t'ai reçu du temple du Seigneur ; et maintenant je te laisse dans ma maison, je m'en vais construire mes bâtiments, ensuite je viendrai à toi. Le Seigneur te protégera.

 

Chapitre 10

1. Il se tint un conseil des sacrificateurs, disant: Faisons un voile pour le temple de l’Éternel.

2. Le sacrificateur dit: Appelez-moi les vierges non souillées de la famille de David.

3. Les officiers s’en allèrent chercher, et trouvèrent sept vierges.

4. Le prêtre se souvint de l’enfant Marie, qu’elle était de la famille de David, et non souillée devant Dieu.

5. Les huissiers allèrent la chercher et l'emmenèrent.

6. Ils conduisirent les vierges dans le temple du Seigneur.

7. Et le sacrificateur dit: Choisissez pour moi par tirage au sort qui filera le fil en l'or, le fil blanc, le fin lin, la soie, le fil bleu, le fil écarlate, et la vraie pourpre.

8. La vraie pourpre et l’écarlate tombèrent sur Marie.

9. Elle les prit, et rentra dans sa maison. À ce moment-là Zacharie devint muet, et Samuel resta à ses côtés jusqu'à ce que Zacharie se remette à parler. Marie pris le fil écarlate, et le fila.

 

Chapitre 11

1. Elle prit une cruche, et sortit pour la remplir d’eau.

2. Voici qu’une voix lui dit: Je te salue, toi qui as reçu la grâce; le Seigneur est avec toi; tu es béni parmi les femmes!

3. Elle regarda autour d’elle, à droite et à gauche, pour voir d’où venait cette voix.

4. Et elle retourna tremblante, dans sa maison, et posa la cruche. Puis, prenant le fil pourpre, elle s’assit sur son siège, et le fila.

5. Voici, un ange du Seigneur se tenait devant elle, disant: Ne crains pas, Marie; car tu as trouvé grâce devant le Seigneur de tous, et tu concevras, selon sa parole.

6. Elle écouta, et raisonnant en elle-même, elle se dit: Est-ce que je vais concevoir par le Seigneur, le Dieu vivant? et dois-je enfanter comme chaque femme enfante?

7. L’ange du Seigneur dit: Non, Marie, car la puissance du Seigneur te couvrira de son ombre. C’est pourquoi ce qui est saint qui naîtra de toi sera appelé le Fils du Très-Haut.

8. Et tu appelleras son nom Jésus, car il sauvera son peuple de ses péchés.

9. Et Marie dit: Voici, la servante du Seigneur devant Sa face. Qu’il me soit fait selon ta parole.

 

Chapitre 12

1. Elle fila la pourpre et l’écarlate, et les apporta au sacrificateur.

2. Le prêtre la bénit, et dit: Marie, le Seigneur Dieu a magnifié ton nom, et tu seras béni dans toutes les générations de la terre.

3. Marie, avec une grande joie, s’en alla vers Elisabeth, sa parente, et frappa à la porte.

4. Quand Elisabeth l’entendit, elle jeta le fil écarlate, courut à la porte, et l’ouvrit.

5. Voyant Marie, elle la bénit, et dit: D’où me vient ceci, que la mère de mon Seigneur vienne à moi? car voici, ce qui est en moi a bondi et t’a béni.

6. Mais Marie avait oublié les mystères dont l’archange Gabriel avait parlé, elle regarda vers le ciel, et a dit: Qui suis-je, ô Seigneur, pour que toutes les générations de la terre me bénissent?

7. Elle resta trois mois avec Elisabeth.

8. Jour après jour son ventre grandissait. Effrayée, Marie retourna dans sa maison, et se cacha des fils d’Israël.